Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

« Notre job, c’est aussi de rêver », dit le designer en chef de Land Rover

« Notre job, c’est aussi de rêver », dit le designer en chef de Land Rover

Une entrevue avec Gerry McGovern Par ,

En tant que directeur du design et de la conception de Land Rover, Gerry McGovern crée certains des véhicules les plus distinctifs et les plus désirables sur la planète. Il est reconnu comme l'un des leaders mondiaux dans la conception automobile.

Or, cet homme n’était pas nécessairement destiné à être designer de voitures. Il nous a raconté que son amour pour la beauté et les belles choses vient certainement de sa mère, qui était très artistique et qui avait un goût raffiné. « Elle décorait notre maison de façon exquise et s’habillait toujours très bien ».

Gerry, comment cet amour pour le design est-il né?
« À un très jeune âge, j’ai démontré un intérêt pour les arts. Jusqu’à un certain point, je voulais devenir peintre, ensuite sculpteur, architecte; ça tournait toujours autour des arts créatifs. »

Pendant qu’on jase, Gerry se laisse distraire par une dame habillée élégamment avec une robe unie d’un tissu bleu exquis qui passait derrière moi. Il s’excuse et continue : « il faut être capable d’apprécier tout ce qui est visuellement beau dans mon boulot, mais il faut aussi que ça fonctionne ».

Et puis on se met à parler du développement du tout nouveau Range Rover Velar ainsi que des défis rencontrés par l’équipe de Land Rover dès le premier jour de sa conception. 

 

Gerry McGovern, directeur du design chez Land Rover qui dévoile le Velar
Gerry McGovern, directeur du design chez Land Rover qui dévoile le Velar

À quel point est-ce difficile de convaincre ton entourage d’un nouveau concept?
« La beauté de la chose, c’est que je suis en haut de l’organigramme. Je siège à la même table que les autres chefs d’ingénierie, de la production, de la finance, etc. C’est une bonne chose puisque, de cette façon, le designer est à égalité avec les autres. Auparavant, ce n’était pas le cas; le designer devait se rapporter aux ingénieurs.

On n’a pas à convaincre les gens du design; on se respecte mutuellement, mais il faut quand même convaincre les gens de nos idées et de notre design. Je ne dis pas aux ingénieurs ni aux gens en finance comment ils doivent faire leur boulot. Par contre, ce dont je dois les convaincre le plus, c’est de proposer des types (de véhicule) et les amener de mon coté, comme pour le Velar. Son positionnement était évident (dans notre gamme), mais la voiture comme telle ne l’était pas. 

Mark Butler, directeur de la création, design de l’intérieur; Massimo Frascella, directeur de la création, design de l’extérieur ; Amy Frascella, directrice de la création, couleurs et matériaux
Mark Butler, directeur de la création, design de l’intérieur; Massimo Frascella, directeur de la création, design de l’extérieur ; Amy Frascella, directrice de la création, couleurs et matériaux

Avec l’Evoque, c’était pareil. Donc, le design était aussi important que l’ingénierie. Une partie de notre job est de rêver. Il faut que ça commence avec quelque chose de tangible, avec un objet physique; ça ne peut pas commencer avec des mots qui décrivent un véhicule sur un morceau de papier. Et c’est un plus gros défi si, en plus, on n’a jamais fait ce genre de véhicule auparavant. Dans le cas de l’Evoque, les gens du marketing nous avaient prédit des ventes d’au plus 30 000 unités. On en a vendu 130 000! » 

 

Le Range Rover Evoque qui a connu un grand succès
Le Range Rover Evoque qui a connu un grand succès

Gerry nous avoue, sourire en coin, que la personne qui avait fait ces prédictions n’est plus à l’emploi de Range Rover aujourd’hui. 

« Voyez-vous, si on vise un bas volume de production, l’outillage sera en fonction de cela. Si par la suite on doit en produire beaucoup plus, on sera perdant parce qu’on n’aura pas la capacité et on ne sera pas capable de fournir à la demande. Ça se traduit par une perte financière.

On peut avoir toutes les études et analyses au monde, mais le véhicule doit d’abord et avant tout provoquer une émotion; ça doit être quelque chose de viscéral. C’est un peu comme la technologie : c’est fantastique et ça nous facilite la vie, mais si c’est simplement à propos de la technologie, est-ce excitant? Pas vraiment. »

Pour le Range Rover Velar, vous avez parlé de la philosophie réductionniste. Comment s’applique-t-elle?
« Si on réussit le concept de base comme il se doit, eh bien, la voiture, le volume, les proportions, la façon dont elle se pose sur la route, l’harmonie générale, la fluidité de ses surfaces… tout fonctionne.

 

Velar – esquisse conceptuelle
Velar – esquisse conceptuelle

Quand on commence à y ajouter plein de choses, elles deviennent une distraction. À l’inverse, si on ne s’en tient qu’aux règles du modernisme « sans aucune ornementation », on obtient quelque chose de très stérile, sans caractère. Par exemple, je vis dans une maison très moderniste, avec des murs blancs partout, avec des œuvres d’art ici et là. Après un certain temps, on y ajoute des objets, mais avec beaucoup de soin et de discernement. Donc, on fait très attention à nos choix et ça commence à avoir du sens. Et c’est comme ça qu’on réussit à appliquer cette philosophie moderniste.

 

Tableau de bord du Velar hautement technologique mais facile à utiliser
Tableau de bord du Velar hautement technologique mais facile à utiliser

Prenons par exemple les poignées de porte. Une grosse poignée de porte sur une voiture est une distraction visuelle et ça fait longtemps que je demande à avoir des poignées intégrées. Ce n’est pas quelque chose qui est facile à réaliser, parce que ces véhicules doivent fonctionner dans tous les climats de la planète. Si vous ne pouvez pas ouvrir la porte pour sortir ou entrer et que vous êtes au froid, vous allez geler. »

 

Détail de poignée de porte déployable
Détail de poignée de porte déployable

Y a-t-il un élément pour lequel vous dites, « wow, j’aime beaucoup cette partie »?
« Pour moi, c’est la somme de tous les éléments, puisqu’il faut que tout soit correct fondamentalement : les volumes, l’équilibre et les proportions. Ensuite, c’est comment on développe la surface pour finalement affiner les détails. Vous pouvez ajouter les plus beaux détails sur une voiture, mais si les proportions et les volumes ne sont pas corrects, ce ne sera pas beau ».

 

Détail de feu arrière – effet 3D
Détail de feu arrière – effet 3D

Quels sont les critères essentiels pour la réussite d’un design?
« Je vous décompose ça en trois éléments : qu’est-ce que le design émotionnel? D’abord, il y a le viscéral : quand je regarde la voiture, est-ce que je la veux, est-ce que je la désire? Ensuite, le comportemental : une fois que je l’ai obtenue, est-ce qu’elle fait ce qu’elle est censée faire au niveau fonctionnel? Dernièrement, le méditatif : une fois que je la possède et que je l’ai utilisée et vécu avec, est-ce que je la désire encore et est-ce qu’elle se comporte encore de la façon dont elle doit se comporter? Le plus important, c’est : est-ce que je suis toujours en train de bâtir une relation à long terme avec la voiture? »

Gerry, as-tu une musique de « char » préférée?
C’est bizarre, mais je n’écoute plus rien en voiture, puisque je suis toujours en train de me faire conduire d’une réunion à une autre et j’en profite surtout pour travailler en voiture. Par contre, quand j’avais le temps, j’aimais bien des groupes comme Genesis, Emerson, Lake and Palmer, The Stranglers et Roxy Music.