Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Le Canada envisage l'utilisation de boîtes noires pour améliorer le bilan routier

Le Canada envisage l'utilisation de boîtes noires pour améliorer le bilan routier

Par ,

Ceci est un poisson d'avril

Afin de réduire au maximum le nombre d'accidents mortels et de faire respecter le code de la sécurité routière, Transports Canada étudie en ce moment la possibilité de rendre obligatoire l'intégration de boîtes noires dans tous les nouveaux véhicules vendus au Canada à partir de 2016.

Le dispositif serait en mesure de déterminer où l'automobiliste se situe et à quelle vitesse il roule en temps réel. À partir d'une base de données constamment mise à jour par les provinces et les municipalités, un système automatisé se chargerait d'analyser les données amassées et d'envoyer des constats d'infraction aux conducteurs au pied pesant.

En plus de limiter les décès attribuables à de fâcheux incidents, l'utilisation de cette technologie modifierait les habitudes de bien des gens derrière le volant. L'implantation de caméras aux feux rouges et de photos radars ont prouvé leur efficacité partout dans le monde en plus de générer d'importantes sommes d'argent pouvant être injectées dans la santé, l'éducation et l'entretien d'infrastructures.

Dans un territoire aussi vaste qu'au Canada, il n'y aura jamais assez d'effectifs pour appliquer la loi à chaque coin de rue. Pour Transports Canada, employer des boîtes noires serait un complément parfait au travail des policiers qui pourraient se concentrer davantage sur d'autres méfaits comme l'alcool au volant, les comportements agressifs, le non-respect des voies réservées au covoiturage, etc.

Évidemment, plusieurs se poseront des questions quant à la légitimité de cette démarche. Est-ce une manière détournée d'amasser des fonds ou un pas de géant vers des routes plus sécuritaires? De plus, un système permettant de suivre en tout temps les gens pourrait soulever l'indignation des défenseurs de la vie privée.

Actuellement, une équipe de 3 chercheurs testent le dispositif afin de déterminer s'il est fiable et efficace. Lorsque l'exercice sera complété, une décision sera prise à savoir si un projet de loi sera déposé ou non à cet effet.