Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Le président de Saab prédit l'arrivée des véhicules chinois en Amérique du Nord d'ici 2 à 3 ans

Le président de Saab prédit l'arrivée des véhicules chinois en Amérique du Nord d'ici 2 à 3 ans

Par ,

La semaine dernière, Saab a conclu une entente avec la société chinoise Hawtai Motor Group afin de se sortir de son bourbier financier et ainsi reprendre la production de ses véhicules. Victor Muller, président et chef de la direction du constructeur, a affirmé qu'un manufacturier originaire de la Chine pourrait vendre ses produits aux États-Unis et en Europe, à un prix aussi bas que 10 000$ d'ici deux à trois ans, en faisant appel à un réseau de distribution établi comme celui de son entreprise.

Il n'a pas rejeté du revers de la main la possibilité d'agir de la sorte avec Hawtai, mais a tenu à mentionner qu'il y a 120 compagnies en Chine et que Saab était uniquement intéressée « à celle ayant une stratégie ».

M. Muller a même rajouté que si une telle alliance avait à se concrétiser, les véhicules chinois seraient distribués séparément de Saab et sous le nom du fabricant sélectionné.

Selon lui, les Chinois sont à surveiller : « Nous avons ri lorsque les Japonais sont arrivés, nous avons ri lorsque les Coréens sont arrivés, mais nous ne rirons pas quand les Chinois arriveront. Ils sont comme un rouleau compresseur », dit-il.

En se projetant dans le futur, le patron de Saab a cependant avoué que les premières voitures vendues dans notre marché ne récolteraient pas une cote de sécurité de 5 étoiles. Malgré tout, il estime que les bas prix attireraient les consommateurs.

« En Chine, vous pouvez obtenir un VUS à 10 000 $ avec l'air conditionné, les vitres électriques et tout ce qui ait jamais été inventé pour une voiture », lance Muller. « Pensez-vous vraiment vous inquiéter des cinq étoiles? Elles paraissent bien ».

Rappelons que Hawtai Motor Group, une entreprise fondée en l'an 2000, se spécialise dans les VUS et les autobus et a produit 81 000 unités l'année dernière. À la fin de 2010, elle a commencé à fabriquer sa première berline.

En Chine, des constructeurs tels que Chery et BYD ont déjà fait part de leur intérêt à pénétrer aux États-Unis, mais n'ont pu réaliser leurs ambitions jusqu'à présent.


Source: Automotive News