Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Le prix de détail des voitures neuves s'est stabilisé au cours des dernières années

Le prix de détail des voitures neuves s'est stabilisé au cours des dernières années

Par ,

Après près de 20 ans d'augmentations substantielles, le prix de détail moyen des voitures neuves s'est stabilisé au cours des cinq ou six dernières années.

La seule baisse significative du prix moyen est survenue en 1991, lorsque le gouvernement fédéral a fait disparaître la taxe cachée pour mettre sur pied la nouvelle taxe sur les produits et services (TPS) qui a fait chuter le prix des nouveaux véhicules.

Les données compilées par Statistiques Canada de 1982 à 2004 ont été fournies par Dennis DesRosiers de la firme DesRosiers Automotive Consultants à Richmond Hill. Elles confirment que le prix moyen des transactions (ne pas confondre avec le prix de détail suggéré du fabricant ou PDSF) pour une nouvelle voiture s'établit à 25 007$ au Canada en 2004. Cela représente une baisse de 49$ par rapport à l'année précédente et une hausse de seulement de 2,1% depuis l'année 2000. Pour ceux que cela intéresse, le prix moyen se chiffrait à 9 864$ en 1982.

La situation avec les camions n'est pas aussi évidente, selon DesRosiers, depuis que Statistiques Canada a inclus les quelques 35 000 camions lourds dans la liste des « véhicules commerciaux ». DesRosiers estime que le prix de ces camions devance de « plusieurs milliers de dollars » celui des « camions légers » comme ils sont appelés par l'industrie et qui comptent les camionnettes, les VUS de même que les minifourgonnettes.

En ajoutant les véhicules commerciaux, Statistiques Canada fait mention d'un prix moyen de 38 569$ pour les camions légers. C'est le résultat d'une augmentation annuelle régulière durant les deux dernières années.

Malheureusement, avec ce changement, il est impossible de préciser le prix moyen des voitures et des camions légers neufs ensemble. Statistiques Canada fait mention d'une moyenne de 31 508$ en 2004 pour tous les types de véhicule réunis.

DesRosiers explique qu'il y a un certain nombre de raisons pour lesquelles le prix des transactions augmente alors que le PDSF baisse. « Les consommateurs achètent davantage des modèles d'entrée de gamme, mais ils optent pour des versions mieux équipés et y ajoutent même des options » a-t-il noté.

Par-dessus tout, selon DesRosiers, « le gouvernement ajoute continuellement de nouvelles taxes et de nouveaux frais qui visent directement l'acheteur ».

Pour terminer, DesRosiers souligne que « l'automobile est le point de mire préféré du gouvernement canadien en matière de taxation, et un de ces jours, il devra réaliser que s'il veut conserver les emplois reliés à la fabrication, la distribution, les ventes et l'entretien des véhicules, il sera bien forcé de mettre la pédale douce sur les taxes qui touchent l'automobiliste ».

Alors que le prix des camions a grimpé de plus de 3 000$ depuis l'année 2001, DesRosiers a souligné qu'il n'est peut-être pas surprenant d'observer que la part de marché de cette catégorie ait stagné à environ 44% depuis les cinq ou six dernières années.