Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Les Véhicules électriques à batterie et l'hiver

Les Véhicules électriques à batterie et l'hiver

Par ,

Mon pays, ce n'est pas un pays, c'est l'hiver. Ainsi Gilles Vigneault définit-il notre Québec de froid et de neige. Voyons voir si le VÉB est capable d'affronter les rigueurs de ce climat qui est le nôtre.

Photo: Mercedes-Benz

Autonomie bouleversée mais démarrage assuré
Le moteur de votre voiture ne craint pas l'hiver et démarre en un quart de tour, peu importe la température. Là où le bât blesse, cependant, c'est qu'il faut tenir compte de l'autonomie restante de la batterie quand la température est sous zéro.

Le monstre énergivore de votre voiture électrique est son système de chauffage et de climatisation. Combinez à cet ogre une capacité de recharge et de décharge diminuée, et vous voilà en sol canadien où le froid est maître de l'hiver.

Pour nous, en Amérique du Nord, il existe un système de gestion de parcs de véhicules électriques, Fleetcarma, qui, à la suite des grands froids de janvier, a offert un diagramme des utilisations moyennes (et non maximales) des Nissan LEAF équipées de leur système de prise de données. Ce diagramme, qui n'est pas une publication officielle du fabricant, est le plus complet à ce jour. En effet, si Nissan considère le grand froid comme étant une température de -10 °C, Fleetcarma partage ses données prises en Amérique du Nord, et elles touchent la barre des -25 °C.

L'autonomie moyenne, sans tenir compte des habitudes de chauffage ou de conduite à une température de -25 °C, est de 60 kilomètres pour une Nissan LEAF selon le diagramme. Passez à 25 °C et vous la doublerez.

Il n'est pas aisé de trouver des données satisfaisantes quand vient le temps d'évaluer l'autonomie d'un VÉB au froid. Les tests, pour la plupart, se rendent jusqu'à -10 °C, et nos cousins de France semblent penser que -5 °C est un cas absolu quand on scrute leurs forums !

Nissan Leaf (Photo: Nissan)

La capacité de recharge
Réduite, bien sûr. Cela est tout à fait explicable en termes de physique. Plus il fait froid, moins les particules tendent à bouger : la chaleur est de l'énergie, et plus les particules en ont, plus elles bougent. Si l'eau se solidifie au froid, les batteries, elles, se chargent moins rapidement. On pourrait dire que les ions deviennent paresseux comme les abeilles par temps frais.

Vous devriez remarquer une baisse de la capacité de charge d'environ 20 %.

Le chauffage
Définitivement énergivore, réchauffer l'habitacle absorbe une grande partie de l'énergie de la batterie. Pour avoir participé aux essais routiers offerts par le CAA lors du Salon international de l'auto de Montréal de 2013, période où la température a atteint les -28 °C, j'ai pu noter que la Nissan LEAF réservait 35 % de la capacité de sa batterie au chauffage.

Des trucs pour économiser
D'abord, n'abusez pas du chauffage. Plus facile à dire qu'à faire en hiver, me direz-vous. Sachez que les sièges et le volant chauffants sont moins énergivores que votre système de chauffage et de climatisation. Maintenez la ventilation au minimum, question de ne pas laisser les vitres s'embuer.

Gardez votre voiture branchée jusqu'au moment de partir. Votre voiture permet un préchauffage de l'habitacle programmable : profitez-en pour l'activer pendant que votre véhicule est encore branché !

***

Complément (témoignage d'un lecteur à un article en ligne de La Presse à la suite des grands froids de janvier 2013)

« En été, autonomie au compteur : 150-170km.
La semaine passée : 85-95km.

Il faut dire que j'ai vraiment abusé du pré-chauffage, à toutes les fois sans être branché, et que je chauffe un max l'habitacle.

Les sièges chauffants, c'est bien, mais pour les enfants assis dans des sièges pour enfants, ça ne change rien, ni pour celui assis dans le milieu en arrière (là où il n'y à pas de siège chauffant).

Mon auto est dans mon garage chauffé à 15 oC la nuit, en recharge. Le matin, je pars avec 100 %, un arrêt à l'école, un arrêt à la garderie, puis stationnement dans la rue au travail. Le chemin inverse au retour. À chaque arrêt, je lance le Climate Control avec mon téléphone en sortant de la voiture, et donc, le chauffage fonctionne au max pendant que je vais chercher les petits à la garderie et à l'école. Et j'ai aussi lancé le Climate Control avant de sortir du travail, à chaque jour la semaine passée, pour un 5-15 minutes...

Je ne fais pas beaucoup de kilométrage chaque jour, et donc je peux me permettre de dépenser de l'autonomie pour pouvoir enlever ma tuque et mes gants en entrant dans la voiture. C'était très apprécié les jours où un 3 minutes à marcher dehors me mettais les gros mots à la bouche ! »

Lire davantage sur le sujet
CONSEILS POUR SURVIVRE À L'HIVER