Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Martin Winterkorn se ferait montrer la porte de Volkswagen

Martin Winterkorn se ferait montrer la porte de Volkswagen

Une première tête tomberait chez le constructeur à la suite de la tricherie aux tests antipollution Par ,

C’était prévisible : Martin Winterkorn, le grand patron de Volkswagen, serait démis de ses fonctions vendredi, et sera vraisemblablement remplacé par l’actuel dirigeant de Porsche, Matthias Müller, selon le journal allemand Der Tagesspiegel. Le séisme qui a ébranlé le constructeur lorsque la tricherie aux tests antipollution a éclaté au grand jour et a pris des proportions gigantesques au niveau mondial. Le tsunami qui s’ensuit maintenant a emporté Winterkorn, qui a perdu la confiance du conseil de surveillance, de même que celles de millions de consommateurs à travers le monde. 

Qui est exactement Martin Winterkorn?
Âgé de 68 ans et aux commandes de Volkswagen depuis 2007, il avait mené un bras de fer au printemps dernier avec le patriarche du groupe, Ferdinand Piëch, petit-fils du fondateur du constructeur éponyme Ferdinand Porsche, était à la tête du groupe depuis 22 ans. L’homme de 78 ans avait désavoué publiquement le PDG de Volkswagen et président du directoire, Martin Winterkorn, le 10 avril dernier. Toutefois, pour avoir retiré sa confiance envers celui qui est appelé à lui succéder, Piëch s’est non seulement mis à dos les représentants du personnel, mais aussi les membres de sa propre famille (Porsche) qui, rappelons-le, possèdent 51 % du groupe Volkswagen. Ils doivent être plusieurs à s’en mordre les doigts aujourd’hui…

Si Winterkorn avait reconnu sa défaite envers Piëch il y a 5 mois, il aurait évité la honte provoquée par ce scandale de tricherie mis au jour et qui a fait fondre plus du quart de la capitalisation boursière de Volkswagen en l’espace de 2 jours. Mais pour un temps seulement. Car avant de prendre les rênes de VW en 2007, Winterkorn était le responsable du développement technique du constructeur, qui englobe l'ingénierie et de l'innovation, selon le Financial Post. Or, selon l’EPA, les voitures équipées de ce logiciel truqué ont été principalement produites depuis 2009. Ainsi, l’équipe dirigée par Winterkorn est parvenue à abaisser le niveau d’émissions des véhicules jusqu’à atteindre, voire dépasser, les normes de plus en plus strictes. En apparence seulement, comme cela a été révélé au cours des derniers jours.

Toujours selon le Financial Post, un document publié 6 mois après l’accession de Winterkorn à la tête de Volkswagen en 2007 annonçait que de nouveaux moteurs, incluant « un moteur concept développé pour les États-Unis », nommés BlueTDI, étaient présentement à l’état de prototypes et qu’ils seraient en mesure de répondre aux normes environnementales californiennes, alors considérés parmi les plus strictes au monde. Le développement de ces motorisations a été achevé en 2008 et les premiers véhicules dotés de ces moteurs sont commercialisés en 2009 – ces mêmes véhicules faisant aujourd’hui l’objet d’une enquête.

Le principal intéressé, en voie de devenir le persona non grata de l’heure, a réitéré dans une vidéo aujourd’hui ses profonds regrets quant aux falsifications des données sur les émissions des véhicules Volkswagen, mais n’a pas annoncé qu’il quittait son poste. Est-ce que son mea culpa pourrait faire en sorte que le conseil de surveillance passe l’éponge et lui témoigne à nouveau sa confiance? Il ne faudrait pas trop compter là-dessus…