Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Émissions polluantes : après Volkswagen, serait-ce le tour de Renault?

Émissions polluantes : après Volkswagen, serait-ce le tour de Renault?

Par ,

Après la tricherie avérée de Volkswagen sur ses moteurs diesel truqués, c’est au tour de Renault d’éveiller les soupçons de fraudes sur les émissions polluantes. Comme le rapporte le quotidien Le Monde, une série de perquisitions ont été effectuées dans différents sites du constructeur, incluant le siège social, et pourraient possiblement être « liées aux conséquences de l'affaire des moteurs truqués de Volkswagen ». Ces perquisitions, menées la semaine dernière par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et rendues publiques par la CGT et la CFDT (des unités syndicales, ndlr) ont eu pour effet de faire plonger le titre de Renault de près de 20 %.

Si ces actions ont été confirmées par le constructeur dans un communiqué, il affirme aussi que « la Direction Générale de l'Énergie et du Climat (DGEC), qui est, au titre du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie,  l'interlocuteur pilote de la Commission technique indépendante, considère que la procédure en cours ne mettrait pas en évidence la présence d'un logiciel truqueur équipant les véhicules Renault ».

Renault n’est pas le seul constructeur chahuté par les marchés boursiers à la suite de ces soupçons de fraudes : PSA a aussi passablement dégringolé, perdant plus de 7 %, même si elle soutient dans un communiqué qu’aucune perquisition n’a été effectuée chez eux.