Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mes voitures insolites : 2e partie

Par ,

Deuxième et dernière partie du palmarès des voitures insolites que j’ai possédées. Je vous avais laissé avec une Triumph TR7 1980, une décapotable anglaise que j’ai autant aimée que détestée. Il s’agissait à l’époque de l’une des premières voitures du genre dans les rues de Vancouver.

Sagement, j’ai vendu la TR7 avant que la garantie n’expire et je me suis acheté un condo, préférant payer une hypothèque qu’un loyer. Une économique Volkswagen Dasher 1974 est alors devenue mon véhicule de service au quotidien. Elle a été suivie par une Plymouth Duster, ce fameux coupé sport qui n’en était pas un!

Efficace en soi, la Duster ne convenait pas vraiment à mes expéditions de camping et je l’ai vite remplacée par une fourgonnette Volkswagen 1973 à transmission automatique. Tu parles d’un manque de cœur au ventre! J’ai littéralement dû la pousser une douzaine de fois de l’autre côté de la frontière pendant que ma copine tenait le volant. Je me demande pourquoi elle a voulu m’épouser quand même — ma copine, pas la Volks!

Réalisant que la fiabilité et le confort m’étaient plus chers que les «joies» d’une fourgonnette, je me suis ensuite procuré une Oldsmobile Cutlass Landau 1981 à deux portes. Ses sièges en velours cordé étaient dignes d’un boudoir d’aéroport mal éclairé des années 1970.

Malgré ce confort de salon, je ressentais encore l’appel de la nature. J’ai donc mis la main sur une Volkswagen Westfalia 1987, avec laquelle j’ai effectué plusieurs sorties de camping mémorables dans l’arrière-pays du BC. Bien que j’aie failli capoter et plonger dans un fossé enneigé à une certaine occasion, cette fourgonnette «hippy» ne m’a jamais laissé tomber.

Deux Infiniti Q45 (1991 et 1993) et un Land Rover Discovery Série 2 ont fait le pont jusqu’à aujourd’hui. J’ai adoré les premiers. Quant au Discovery, il transporte chaque jour tout le bric-à-brac de la famille Rothwell, ce qui en fait un véhicule assez insolite, merci.