Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mini John Cooper Works: La Mini « Speed Racer »

Mini John Cooper Works: La Mini « Speed Racer »

Par ,

« À ma première expérience au volant d'une Mini Cooper S, j'ai trouvé le châssis si performant que je me suis dit que cette voiture pouvait facilement recevoir un moteur de 200 chevaux ! Alors je me suis mis au boulot... »

Brighton, Angleterre -C'est en ces termes que Mike Cooper, fils du légendaire John Cooper et actuel patron de l'entreprise John Cooper Works, décrit le processus qui l'a amené à développer l'ensemble de pièces maintenant proposé par l'entremise des concessionnaires de la marque.

Modifications en profondeur

L'ensemble « John Cooper Works », maintenant disponible au Canada, a été mis au point dans le but de « survitaminer » la Cooper S en améliorant à la fois le couple et la puissance du moteur. Ainsi, la Cooper S reçoit une culasse et un système de gestion électronique du moteur modifiés, ainsi qu'un filtre à air et un silencieux adaptés. On lui a même ajouté un compresseur plus performant qui augmente la puissance à 200 chevaux. Ainsi modifiée, la voiture réalise le 0 à 100 km/h en 6,7 secondes et atteint une vitesse maximale de 226 km/h. L'entreprise a produit quelque 2000 ensembles du genre pour l'ensemble du marché mondial, ce qui garantit une certaine exclusivité aux acheteurs.Mike Cooper m'a invité à conduire sa Cooper S modifiée en me disant d'y aller sans ménagement et de ne pas me gêner pour faire des « burnouts ». Je l'ai pris au mot au cours d'un galop d'essai dans la région de Brighton avec un pèlerinage à Goodwood...

C'est pourtant vrai!

Premier constat, Mike Cooper avait raison ! Le châssis de la Cooper S n'a besoin d'aucune modification malgré l'accroissement de la puissance du moteur. La voiture tient la route de façon admirable, et la puissance améliorée ne fait qu'élargir le sourire du conducteur en sortie de virage... Sur les routes secondaires sinueuses de cette région de l'Angleterre, la S passe d'un virage à l'autre avec un équilibre désarmant même à vitesse élevée. La voiture roule beaucoup plus vite et, pourtant, les freins sont tout à fait à la hauteur; jamais je n'ai eu l'impression de la prendre en défaut. Conduire cette Cooper S ainsi modifiée est un véritable charme; il s'agit d'une expérience de conduite très plaisante parce qu'elle est satisfaisante à tous les égards, et pas seulement aux chapitres de la puissance, puisque l'équilibre, la précision et l'agilité sont également au rendez-vous. Pour ce qui est des « burnouts », rien de plus simple : 4000 tours au compteur et dégagement de l'embrayage par un mouvement latéral du pied, suivi d'un accélérateur au plancher...