Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mitsubishi survivra-t-elle?

Mitsubishi survivra-t-elle?

Par ,

Mitsubishi survivra-t-elle?

Nous avons profité de son passage au Salon de l'auto de Montréal en janvier dernier pour rencontrer Randy Sears, vice-président principal à Mitsubishi North America, et faire le point sur l'avenir de Mitsubishi au Canada. Un avenir teinté d'optimisme malgré les derniers mois difficiles.

Auto Journal : Avez-vous atteint vos objectifs de ventes au cours de votre première année au Canada et au Québec?

Randy Sears : Non. Nous avions visé des ventes de près de 20 000 véhicules et nous n'en avons vendu que 14 222. Nous avions espéré une croissance plus forte. Certes, nous sommes déçus, mais nous avons acquis près de 1 % du marché et ce malgré une mise en marché difficile.

AJ : À quoi attribuez-vous les difficultés de cette première année?

RS : À plusieurs facteurs. Nous nous sommes d'abord lancés un peu rapidement dans la vente de véhicules Mitsubishi au Canada, soit en septembre plutôt qu'en décembre. Plusieurs de nos concessionnaires n'avaient pas terminé la construction de leurs installations et ont donc dû vendre leurs véhicules à partir de roulottes, sans salle d'exposition appropriée. Nous comptions ensuite sur un meilleur accueil à notre Galant 2003, ce qui n'a pas été le cas. La nouvelle Galant 2004 devrait faire mieux, car elle correspond davantage aux besoins des acheteurs de voitures de cette catégorie. Enfin, nous avions axé notre campagne de publicité sur les jeunes. Elle aurait dû viser également une clientèle plus âgée et plus stable. Nous avons appris de nos erreurs et nous comptons redresser la situation cette année.

AJ : Comment comptez-vous vous y prendre?

RS : D'abord, en améliorant l'éventail de notre gamme de véhicules. Nous avons complété notre gamme d'utilitaires à la fin de l'année 2003, avec l'Outlander et l'Endeavour. L'année 2004 est marquée par l'arrivée de notre nouvelle Galant. De plus, nous lançons une nouvelle marque, la Ralliart, qui constitue pour nous, non pas des modèles particulièrement équipés, mais une marque distincte pour ses attributs sportifs.

Au chapitre des concessionnaires, nous sommes passés de onze à quatorze à la fin de l'année 2003. Enfin, nous lancerons une nouvelle campagne de publicité qui ne niera pas nos valeurs, mais viendra les épauler. "Buy cool, sure! But buy smart. Buy Mitsubishi!" Nos produits visent les jeunes et les moins jeunes qui sont dans le vent, actifs et qui cherchent des véhicules distincts. Nous voulons une meilleure orientation de notre publicité, visant ainsi l'ensemble des acheteurs.