Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

NASCAR: Maintenant, Juan Pablo Montoya doit gagner des courses

NASCAR: Maintenant, Juan Pablo Montoya doit gagner des courses

Par ,

Juan Pablo Montoya a gagné sa place dans la « Chase » de la Coupe Sprint grâce à la stratégie concoctée par son chef d’équipe Brian Pattie qui a favorisé la régularité au lieu des coups d’éclat. S’il veut toutefois décrocher le titre, le Colombien devra rapidement gagner une course.

En dépit de quatre places dans le top 5 en quatre manches de la « Chase », Montoya perd du terrain face aux pilotes de Hendrick Motorsports, Jimmie Johnson et Mark Martin.

À son arrivée dans la salle de presse de Fontana, après avoir mené durant 78 tours, Montoya n’en revenait tout simplement pas. « C’est incroyable. J’ai terminé quatre fois dans les cinq premiers et je perds du terrain sur les meneurs au classement ! »


Ce qui a le plus pénalisé Montoya est de n’avoir pas compté les 10 points supplémentaires attribués aux gagnants des courses avant le début de la « Chase ». Ainsi, Martin a commencé la « Chase » avec un avantage de 40 points sur Montoya tandis que Johnson en avait 30.
Aujourd’hui, l’ancien pilote de Formule 1 accuse un retard de 58 points sur le nouveau meneur au classement, Jimmie Johnson.

« Pour être honnête avec vous, si vous regardez avant la « Chase », nous roulions en 2e place à Bristol quand nous avons eu une crevaison, » de raconter Montoya.

« Nous avons ensuite fini 3e à Atlanta. Nous avons été dans le peloton de tête, sauf à Richmond. Il est souvent arrivé que nous avions une voiture pour terminer dans le top 5, et que je terminais finalement 6e ou 7e. C’est souvent arrivé, » a expliqué Montoya aux médias alors que la pluie s’abattait sur l’ovale du Lowe’s Speedway jeudi.

Montoya a aussi beaucoup perdu quand il fut pénalisé pour vitesse excessive dans les puits alors qu’il dominait le Brickyard 400 à Indianapolis.

Mais qu’il gagne ou pas, la Coupe Sprint est une affaire de chiffres, de calculs et de statistiques. Montoya pilote la meilleure Chevrolet qui ne fait pas partie de l’armada Hendrick.

Le copropriétaire de la voiture de Montoya, Felix Sabates, soutient que son pilote aurait gagné cinq ou six courses cette saison s’il avait été au volant d’une voiture Hendrick.


« Si vous regardez la situation, vous avez deux voitures Hendrick, la mienne, puis deux autres voitures Hendrick. Ah non, une d’elles est celle de Tony Stewart, pas une voiture Hendrick… » a décrit Montoya dans un fou rire.

Mais Montoya est, à la fois, très près du titre, mais aussi très loin.

« Nous avons une voiture Target Chevrolet qui est fantastique. Je ne peux pas me plaindre. J’étais heureux de terminer 15e l’an dernier. Aujourd’hui, quand je termine 3e, je suis en furie, » de conclure Montoya.




photo:René Fagnan - Auto123.com