Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

NASCAR: Première victoire pleine d'émotion pour Paul Menard à Indianapolis

NASCAR: Première victoire pleine d'émotion pour Paul Menard à Indianapolis

Par ,

Même si John Menard a dépensé des millions de dollars durant 30 ans pour tenter de remporter le Indy 500, c'est son fils Paul qui décroche une victoire sur ce circuit mythique, avec le Brickyard 400.

Paul Menard déclare : « Je viens ici depuis que je suis tout petit. C'est tout un tas d'émotions qui m'arrivent. Je pense à mon père. Je n'arrive pas à croire que j'ai gagné Indy ».

Photo: Getty Images for NASCAR

C'est d'autant plus ironique qu'il décroche sa première victoire en Coupe Sprint après 167 courses en NASCAR.

Paul Menard faisait l'objet de nombreuses critiques, qualifié de pilote moyen et d'être un 'fils de', dont le père pouvait lui payer sa place en course. Et lorsqu'il a signé avec Richard Childress Racing, sa quatrième équipe, beaucoup d'initiés se demandaient pourquoi Childress mettait en jeu sa réputation avec un tel pilote.

Photo: nascar.com

Richard Childress a lui-même admis avoir été « beaucoup critiqué pour avoir instauré une quatrième équipe. Mais je savais que lorsque la situation serait venue, nous allions gagner ». Ces paroles représentaient une façon politiquement correcte d’éviter de parler du maigre palmarès de Menard alors qu’il s’est joint à Childress : en 147 courses, il n’avait décroché que deux top 5.

Mais cette saison, Menard a énormément progressé. Il a obtenu quatre top 5, incluant sa victoire dimanche au Brickyard.

Pour la famille, ce fut un moment terriblement émouvant. John Menard, à la tête d’une gigantesque entreprise de matériaux de rénovation, a englouti des millions de dollars pour remporter le Indy 500. Sans succès. Et c’est son propre fils qui lui apporte finalement cette joie.

Menard devient le quatrième pilote à remporter sa première victoire en Coupe Sprint cette saison après Trevor Bayne au Daytona 500, Regan Smith à Darlington et David Ragan à Daytona au Coca Cola 400.

La course de dimanche en a été une d’économie de carburant.

Un jaune est survenu au 120e passage. C’est alors que la partie d’échecs à savoir quand il fallait ravitailler a commencé. Jamie McMurray, Menard, Tony Stewart et d’autres sont rentrés au 123e tour, mais leur décision n’était pas la bonne, car ils n’étaient pas en position de rallier l’arrivée.

Stewart a pris la tête au 135e tour, mais a dû s’arrêter au 145e. « Il me manquait trois tours. Je pouvais en récupérer un et demi, mais pas trois… » d’avouer Stewart.

Le chef d’équipe de Menard, Slugger Labbe, lui a dit par radio de passe en mode économie de carburant.

Photo: Getty Images for NASCAR

Jamie McMurray était, lui aussi, en mode économie. Mais avec trois tours à faire. Labbe, sûr de ses calculs, a dit à Menard de passer en mode attaque. Ce qu’il a fait. Jeff Gordon, qui a remporté cette course à quatre occasions, a réussi à rattraper Menard, mais n’a pas pu le passer, devant se contenter du second rang.

« Je voulais qu’il tombe en panne sèche, » de dire Gordon à propos de Menard.

« J’ai tout tenté pour qu’il consomme un peu plus de carburant que prévu et qu’il manque d’essence. Même si je suis déçu de ne pas avoir gagné, ça a été une belle bataille et je dois féliciter Paul Menard. Je ne crois pas qu’une autre personne puisse autant apprécier une victoire ici au Brickyard. Il a grandi ici et je crois que cette victoire doit être très spéciale, » de dire Gordon.

McMurray a terminé quatrième derrière Regan Smith. « Plusieurs d’entre nous n’avions pas assez d’essence pour nous rendre à l’arrivée, » de dire McMurray.

« Nous sommes tous passés en mode économie. Je voulais être en avant, car je savais que ce serait difficile de doubler quand tout le monde recevrait le signal de foncer, » de dire McMurray, qui n’a jamais reçu ce signal tant attendu.

Menard l’a eu, et il a gagné !