Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

NASCAR: Ron Fellows prêt à brouiller les cartes à Montréal

NASCAR: Ron Fellows prêt à brouiller les cartes à Montréal

Par ,

Le pilote ontarien Ron Fellows sera aux commandes de la Chevrolet No. 5 de JR Motorsport aux couleurs de Canadian Tire lors du NAPA Pièces d'auto 200 tenu à Montréal les 17 et 18 août.

Fellows est un pilote de circuit routier extrêmement expérimenté. Il a longtemps couru en série Trans-Am ainsi qu'aux 24 Heures du Mans pour Corvette. Il a aussi remporté la victoire en Nationwide à Montréal lors de l'édition de 2008 écourtée par la pluie.

Le pilote natif de Windsor en Ontario a disputé la manche tenue à Road America plus tôt cet été.

« Nous avions une très bonne voiture à Road America. C'est le même châssis que nous utilisions l'an dernier. Mais nous avons été retardés en début de course par une crevaison, puis, nous avons perdu beaucoup de temps dans les puits à résoudre un problème de radio », de raconter Fellows.

Ce week-end, il va courir sur le tracé de Watkins Glen. « J'ai connu beaucoup de succès au Glen. Cette piste convient bien à son style de pilotage.. C'est comme un second chez-moi. J'aime beaucoup courir là-bas », de dire Fellows.

NASCAR Ron Fellows
Ron Fellows. (Photo: Getty Images/NASCAR)

Puis, les compétiteurs de la série NASCAR Nationwide s'attaqueront au circuit Gilles-Villeneuve de Montréal.

« Les deux circuits ne peuvent pas être plus différents l'un de l'autre. C'est comme comparer un ovale d'un mille et demie avec Martinsville », d'expliquer Ron Fellows.

«Watkins Glen est fait de longs virages très rapides. Je crois que le plus lent est le virage 1 qu'on négocie à environ 145 km/h, ce qui est déjà plus vite que le virage le plus rapide à Montréal. Le circuit Gilles Villeneuve est par contre très, très dur sur les freins. On roule extrêmement vite, puis il faut freiner pour prendre des chicanes à 70 km/h et une épingle à 60 km/h », explique le vétéran.

« Les deux circuits exigent des réglages très différents. À Watkins Glen, il faut avoir une plateforme très stable. L'aérodynamique joue un rôle crucial. À Montréal, l'aérodynamique n'est pas importante, mais le grip mécanique l'est. Il faut effectuer un gros transfert de masses sur les pneus. En général, il faut des ressorts et des barres antiroulis plus souples, de même que des amortisseurs moins rapides », de poursuivre Fellows.

À Montréal, Fellows fera face à de sérieux pilotes locaux, tous excellents sur des circuits routiers. Mais Fellows sait qu'il est aussi un des « chouchous » de la foule. Cela provient de ses exploits en Trans-Am lors des précédentes éditions du Grand Prix de Trois-Rivières.

« Oui, c'est typique à Montréal de voir arriver un fort contingent de pilotes Québécois, des gars qui proviennent de la monoplace. Et y aura Andrew Ranger, Jacques (Villeneuve), Alex Tagliani et (Patrick) Carpentier. Je serai comme le loup solitaire venu d'Ontario! Mais je ferai de mon mieux pour ruiner la fête! » de conclure Fellows.