Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai du Nissan Rogue 2022 : un 3 qui vaut 4

Des protections d’assurance auto
de qualité, à prix avantageux. Obtenez une soumission en ligne dès maintenant.
OBTENEZ UNE
SOUMISSION AUTO
Nissan Rogue 2022, profil
Photo : V.Aubé
Nissan Rogue 2022, profil

Auto123 met à l’essai le Nissan Rogue 2022 avec nouveau moteur turbo 3-cylindres.

Remanié en pleine pandémie, le Nissan Rogue de nouvelle génération n’a certainement pas manqué son entrée sur le marché, et ce, même si les chiffres de ventes ont diminué par rapport aux statistiques pré-Covid-19. La nouvelle bouille du Rogue n’a probablement pas plu à la majorité, mais force est d’admettre que le produit est moins effacé depuis cette refonte méritée et qui plus est, ce changement a permis au modèle de gagner en qualité, à plusieurs niveaux en plus.

En revanche, le groupe motopropulseur n’était peut-être plus aussi « techno » aux yeux de la direction du constructeur, Nissan qui, en plus de se tourner vers l’électrification, cherche également à mousser cette technologie de taux de compression variable introduite pour la première fois sous le capot de l’Infiniti QX50 en 2018. Depuis, ce bloc 4-cylindres turbo de 2,0 litres de cylindrée a également été boulonné à bord de la berline Altima, mais seulement au sud de notre frontière.

Consultez les véhicules à vendre disponibles près de chez vous

Nissan Rogue 2022, moteur
Photo : V.Aubé
Nissan Rogue 2022, moteur

Un 3 qui vaut 4
L’année-modèle 2022 amène donc ce nouveau moteur 3-cylindres « VC-TURBO » à bord de toutes les livrées de l’utilitaire, à l’exception du modèle d’entrée de gamme S… à deux ou quatre roues motrices! Cette livrée S plus abordable poursuit sa route avec le « vieux » 2,5-litres. Les autres sont désormais équipées de ce bloc 1,5-litre à trois cylindres et un turbocompresseur, le moteur qui retranche en quelque sorte un cylindre au bloc 2,0-litres du multisegment Infiniti.

Toutefois, cette injection de puissance et de frugalité était-elle nécessaire? Voilà la question.

Un cylindre en moins, un turbo en plus
L’élément central de ce Nissan Rogue 2022 est justement ce nouveau moteur 3-cylindres turbo. Ce dernier livre une puissance de 201 chevaux et un couple de 225 lb-pi, des augmentations respectives de 11 % et 24 % par rapport au bloc atmosphérique. Il faut l’avouer, ces statistiques sont franchement plus alignées avec les standards de puissance de la catégorie.

Le moteur fait toujours équipe avec une boîte de vitesses à variation continue (CVT), mais celle-ci a été retravaillée pour « une meilleure sensation d’accélération » et « des économies de carburant accrues », si on se fie aux dires de la marque.

Bref, le nouveau moteur est plus dynamique, mais il consomme moins; voilà en gros la mission de ce nouveau groupe motopropulseur. Déjà, le consommateur repart gagnant.

Justement, parlons-en de cette économie de carburant. Selon l’ÉnerGuide canadien, la moyenne globale pour cette livrée à quatre roues motrices est de 7,7 litres / 100 km ; le livrée Platine, plus lourde, ajoute un 0,1 litre / 100 km face aux livrées moins luxueuses.

Pour ma part, mon meilleur résultat a plutôt été de 8,8 litres / 100 km après un mélange de conduite urbaine et une virée sur l’autoroute en prenant soin de ne pas dépasser le cap des 120 km/h. C’est vrai qu’en plaçant le véhicule en mode Sport et en exagérant la conduite, il est très facile de surpasser les 11 litres aux 100 km, mais ce genre de comportement ne s’applique pas tellement au Nissan Rogue, un VUS qui privilégie la souplesse plutôt que les changements de rapports saccadés et les crissements de pneus.

Nissan Rogue 2022, calandre
Photo : V.Aubé
Nissan Rogue 2022, calandre

Plus sportif le Rogue?
Sans surprise, cette nouvelle mécanique se veut bénéfique pour le Rogue qui n’a jamais été reconnu pour son comportement sportif. Les fortes accélérations s’accompagnaient jadis d’une pénible plainte du 4-cylindres, la direction était plus légère que précise et les réglages des suspensions avaient plus de points en commun avec ceux de Buick… si vous voyez ce que je veux dire!

On ressent le gain en puissance dès les premiers tours de roue, le Rogue qui se montre plus rapide au départ. L’effet élastique de la boîte CVT, en revanche, est toujours présent. En fait, cette particularité du véhicule fait en sorte qu’on lâche la pédale de droite plus rapidement… lorsque l’effet atteint son apogée et qu’on se rend compte de la vitesse atteinte.

Mentionnons également que la sonorité de l’engin n’a plus rien à voir avec celle d’un 4-cylindres à aspiration normale. Le 3-cylindres de Nissan gronde au démarrage, il gronde encore plus lorsqu’on appuie sur la pédale de droite et cet effet est même amplifié lors des reprises sur la voie rapide.

Et d’ailleurs, malgré le gain sous le capot, il faut encore prévoir ses dépassements sur l’autoroute, la boîte de vitesses qui nécessite une bonne seconde et demie avant de trouver le bon régime moteur pour propulser le véhicule en avant.

Nissan Rogue 2022, levier de changement de 'vitesse'
Photo : V.Aubé
Nissan Rogue 2022, levier de changement de 'vitesse'

Le constructeur a tout de même intégré des palettes de changements de vitesse, et ce, même s’il n’y a pas de « vitesses » dans une boîte à variation continue. Mais, sachez qu’elles n’améliorent pas tellement le niveau de plaisir au volant. Une oreille attentive saura détecter des « pseudochangements de rapports » pendant une accélération soutenue, mais ceux-ci n’ont rien à avoir avec ceux du récent Pathfinder par exemple, l’utilitaire intermédiaire qui a troqué sa CVT pour une boîte automatique à neuf rapports lors de sa propre refonte.

Continuez à la page suivante

Nissan Rogue 2022, intérieur
Photo : V.Aubé
Nissan Rogue 2022, intérieur