Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Portrait d'un pilote de drift : Pat Cyr

Portrait d'un pilote de drift : Pat Cyr

Par ,

L’Ontarien Pat Cyr est devenu une légende dans le monde du drifting. Il participe au Drift Mania Canadian Championship depuis 2007.

Pour lui, la saison 2013 est synonyme de changements. En plus d’être l’animateur du Scion Tuner Challenge, il conduit dorénavant une Scion FR-S, soit l’une des rares voitures de ce type à être modifiée pour drifter. Il n’est pas toujours facile d’être un pionnier. Il a connu son lot de succès et de difficultés cette année.

Ce réel passionné nous explique son parcours et ses nouveaux défis.

Comment as-tu découvert le drifting, et le championnat DMCC?
Comme un peu tout le monde, j’ai commencé à déraper dans les stationnements enneigés dans mon coin, à Mississauga. Quelques années avant, j’avais participé à des événements d’autocross au volant d’une Corolla AE86. J’ai fait l’acquisition de ce bolide à 18 ans. Je viens d’avoir 30 ans et je l’utilise encore, mais pour drifter maintenant!

J’avais entendu parler du DMCC en 2006. J’y avais assisté avec des amis. J’ai adoré ce que j’ai vu et je me suis dit que je devais absolument participer à ces compétitions. L’année suivante, en 2007, j’ai préparé mon auto pour le championnat au complet!

Au début de la saison, tu roulais avec ton ancienne voiture, ta Corolla AE86. Tu as d’ailleurs remporté la première épreuve du championnat avec ce bolide. As-tu éprouvé quelques problèmes lors de la préparation de ta Scion cet hiver?
Effectivement, l’auto n’était pas tout à fait terminée en début de saison. On a fait beaucoup de tests au printemps, mais on n’a pas eu la chance de profiter d’un temps de piste suffisant. Quelques ajustements restaient à faire. Plutôt que de risquer d’être victime d’un bris mécanique ou d’un mauvais ajustement, nous avons décidé d’aller à Shannonville pour effectuer des essais plus approfondis, dans le but de l’utiliser le plus tôt possible dans la saison.

Est-ce que tu attendais des pièces ou seul le temps en piste vous manquait?

Personne n’a encore modifié une Scion FR-S de cette façon. Conséquemment, on partait de zéro pour le développement des pièces de performance. Il est normal d’avoir des délais de production. Manley Performance, avec qui on développe plusieurs composantes du moteur, a tout de même fait un excellent travail. Maintenant, je dois ajuster mon pilotage. La direction étant assistée électriquement, les mouvements du volant sont bien différents de ceux de ma Corolla.

Quelle est la puissance de ce fameux moteur?
Près de 550 chevaux aux roues. C’est assez incroyable d’obtenir ces résultats avec le moteur d’origine. La motorisation est complètement refaite, mais la base demeure inchangée. Je peux même affirmer que c’est la Scion FR-S équipée du moteur d’origine la plus puissante au monde!

As-tu un objectif précis cette année?
Avec la Corolla, mon but est de gagner. Mais avec la FR-S, c’est difficile à prédire. On va voir comment ça se passe et on va s’ajuster en cours de saison.

Un de mes objectifs demeure de remporter un championnat. J’ai terminé 3 fois en deuxième place. Et c’était toujours très serré. Maintenant, je veux en gagner un. Mais je sais qu’avec la nouvelle voiture, ce sera un peu plus complexe. Si ce n’est pas possible cette saison, ce sera l’année prochaine.

Vises-tu participer au championnat américain Formula D?

Pas cette année. On va s’adapter à la nouvelle voiture avant de s’y rendre. Prendre part aux événements de Formula D coûte tellement cher et nécessite beaucoup de temps. Je suis très occupé avec mon garage cette année, alors ce serait impossible. Peut-être l’an prochain, c’est certain que j’aimerais ça!

Sincèrement, j’adore le DMCC. Les fans sont super. Les pilotes ne semblent pas toujours réaliser à quel point ce championnat a beaucoup à offrir. Le temps de piste est énorme, aucuns frais d’inscription ne sont exigés et les sommes à gagner sont impressionnantes!

Parle-nous de ce garage qui occupe la majeure partie de ton temps?

Je suis mécanicien de formation et j’ai récemment ouvert mon propre garage nommé Cyrious Garageworks. Lorsque j’ai décroché le contrat avec Scion, j’ai décidé de partir à mon compte, ce qui me laisse plus de liberté. Je ne fais pas beaucoup de publicité. C’est plutôt du bouche à oreille.

Nous sommes seulement trois à y travailler, soit mon frère, un ami et moi. Tout roule bien. Tellement que je songe à engager quelqu’un très bientôt. On prend tous les projets qui nous allument, autant les modifications axées sur la performance que ceux de restauration. En ce moment au garage, on retrouve un Mustang 1965 et une RX-7 1988. Bref, on fait de tout, sauf de la peinture!

Patrick Cyr
Photo: Antoine de Cardaillac