Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Pourquoi les Allemands conduisent mieux que nous...

Pourquoi les Allemands conduisent mieux que nous...

Par ,

Je reviens d'un court séjour en Allemagne, plus spécifiquement à Berlin. Même si je n'y suis restée que quelques jours, j'ai vécu l'expérience de partager la route avec une race de conducteurs que je ne connaissais pas encore.

Du centre-ville de la capitale jusqu'aux chemins sinueux de la campagne, j'ai essayé la toute nouvelle Volkswagen Beetle 2012 en côtoyant la perfection allemande... et non, je ne parle pas des voitures.

On entend souvent dire que les Allemands conduisent mieux que le reste de la planète, et j'ai donc décidé de valider ce stéréotype avec toute la rigueur d'une journaliste automobile chevronnée.

Quoi de mieux que de prendre moi-même les commandes? À bord de la Beetle réinventée, j'ai traversé les rues achalandées de Berlin, où les véhicules de marque allemande abondent mais le trafic ne pose aucun problème. Le débit reste fluide et tout le monde non seulement respecte le code de la route, mais fait aussi preuve de courtoisie.

Photo: Miranda Lightstone/Auto123.com

J'ai rapidement découvert que la séquence des feux de circulation joue un rôle important là-dedans. Quand le rouge tire à sa fin, le jaune s'allume et c'est à ce moment qu'on doit commencer à avancer. Le vert embarque immédiatement après et le rouge s'éteint. Or, si vous ne roulez pas quand le feu jaune « préparatoire » apparaît, vous perturberez cette machine bien huilée qu'est le centre-ville de Berlin.

À l'extérieur de la cité, sur l'Autobahn, j'ai appris une autre règle importante : faire clignoter les lumières et klaxonner ne sont pas des gestes bien perçus en Allemagne. Là-bas, les automobilistes se vouent un grand respect et ils portent généralement attention à ceux qui les entourent. Sur les portions sans limite de vitesse, je n'ai jamais eu à demander au conducteur devant moi de se mettre en dehors de ma voie. De même, je laissais volontiers le passage quand des conducteurs plus rapides se rapprochaient de moi (bien que je roulais à 160 km/h).

J'ai assisté à un seul cas de rage au volant (si on peut appeler ça ainsi) et tout était de ma faute. J'ai hésité avant de tourner à un coin de rue, dans la mauvaise voie en fait, et j'ai ralenti le trafic. Après avoir tourné, l'Audi qui me suivait m'a vite dépassée et coupée avant de freiner à quelques pouces de mon pare-chocs et de repartir comme si de rien n'était. Une erreur de débutante de ma part...

Comment se fait-il que les conducteurs allemands soient si bons sur la route? J'ai posé la question à l'un d'entre eux, pas plus vieux que moi, qui m'a servi de valet en me rendant à l'aéroport. Je l'ai abondamment interrogé sur le long et laborieux processus d'obtention d'un permis de conduire en Allemagne ainsi que les efforts nécessaires pour le conserver. Ses réponses m'ont surprise!

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, l'âge minimal requis pour conduire n'est pas plus élevé qu'en Amérique du Nord. Il faut avoir 16 ans, mais conduire avec un passager de 25 ans ou plus jusqu'à l'âge de 18 ans. Ce n'est qu'à cette étape qu'un permis complet est décerné.

De 20 à 30 heures de cours théoriques en classe et une quarantaine d'heures de cours pratiques sur la route font partie de l'apprentissage. L'examen écrit qui s'ensuit, d'une longueur de 4 à 5 pages, contient une foule de questions. Rien n'indique la valeur de chacune et dès que vous perdez plus de 10 points, vous échouez. Parfois, il faut choisir la bonne réponse parmi un choix multiple; ailleurs, il faut barrer toutes les mauvaises pour ne garder que la bonne.

En cas d'échec, les apprentis doivent patienter de 6 à 8 semaines avant de reprendre le test. Advenant une réussite, ils enchaînent avec le test pratique, qui peut durer de 30 à 90 minutes. L'instructeur s'assoit dans le siège du passager et l'évaluateur, sur la banquette arrière.

Au terme de ces examens qui coûtent plus de 200 euros, les nouveaux détenteurs de permis de conduire se voient dans l'obligation de payer environ 2000 euros (approx. 2700 $CAN) pour le garder. La perfection a vraiment un prix!

Voici d'autres informations très intéressantes que m'a livrées l'expert local :

- Tous les conducteurs allemands doivent passer un nouveau test à 60 ans, puis à 65 ans (excellente idée, vous ne trouvez pas?);

- Les chauffeurs d'autobus, de taxis et de véhicules lourds doivent quant à eux le faire tous les cinq ans;

- Les valets comme lui doivent passer des examens physiques (vue, réflexes, etc.) afin de déterminer leurs capacités au volant, ce qui leur coûte 250 euros;

- La police allemande accorde plus de points d'inaptitude en cas de non-respect d'un feu rouge que pour un excès de vitesse de 20 km/h;

- Plus un conducteur commet des infractions successives, plus il reçoit des points d'inaptitude et plus l'amende est élevée;

- La conduite avec facultés affaiblies entraîne la suspension du permis pendant au moins trois mois.

Et puis, il y a ceci : les automobilistes allemands conduisent bien parce qu'ils n'ont pas le choix. À 250 km/h sur l'Autobahn, vous imaginez les conséquences d'une petite erreur ou distraction?