Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Projet BLOODHOUND : La voiture supersonique

Projet BLOODHOUND : La voiture supersonique

Par ,

Tel que rapporté par BLOODHOUND SSC

BLOODHOUND est un projet qui consiste à battre le record du monde de vitesse au sol tout en inspirant les jeunes à poursuivre une carrière en science, en technologie, en ingénierie ou en mathématiques.


Depuis son lancement en octobre 2008, six grandes réussites ont été accomplies :

1. Éducation : 2410 écoles se sont inscrites au programme d’éducation BLOODHOUND et une étude indépendante confirme que la voiture BLOODHOUND SSC a un mini-effet «Apollo».

2. Finalisation du design : le design de la voiture BLOODHOUND SSC a subi 10 évolutions. La conception est maintenant finalisée et elle inclut un turboréacteur EJ200 provenant d’un avion de chasse européen.

3. Lancement du nouveau QG BLOODHOUND : le nouveau quartier général et site de fabrication de la BLOODHOUND SSC s’est ouvert à Bristol, au Royaume-Uni.

4. Tentative de record : les essais débuteront en 2011 à Hakskeen, dans la province du Cap-du-Nord, en Afrique du Sud.

5. Commanditaires : les commanditaires majeurs du projet sont STP, Lockheed Martin et Intel.

6. Club des partisans : une somme dépassant les 137 000 £ a été récoltée durant la première année.

1. Programme d’éducation BLOODHOUND
Le projet rejoint quelque 2410 écoles primaires et secondaires, 176 institutions postsecondaires et 33 universités. Celles-ci emploient les ressources éducatives de BLOODHOUND dans les cours. Nous avons atteint notre cible, soit 10 % des 25 000 écoles du Royaume-Uni, et ce, dès la première année seulement. Une école d’infirmiers et infirmières s’est aussi jointe cette semaine.

Une étude indépendante menée par la National Foundation for Educational Research (NFER) conclut que le programme d’éducation BLOODHOUND est un véritable outil incitatif pour les jeunes qui s’intéressent aux sciences et à l’ingénierie.

Siobain Barns, de l’école primaire Harwood Meadows, à Bolton, se sert des ressources de ce programme dans sa classe. «Nos élèves sont emballés de pouvoir participer à un projet aussi excitant, autant les filles que les garçons, dit-elle. Ils aiment les mathématiques sans même réaliser qu’ils apprennent des notions importantes.»