Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Que se passe-t-il avec Lotus?

Que se passe-t-il avec Lotus?

Par ,

Nous sommes plusieurs journalistes et reporters à se demander quelle est la réelle stratégie employée par Lotus en course automobile. Car pour être vraiment franc, nous n'y comprenons rien...

Le nom de Lotus a pratiquement disparu de la scène de la course automobile suite au décès de son génial créateur, Colin Chapman en 1982. L'écurie de F1 a bien survécu durant quelques années, mais Lotus a vraiment disparu par la suite.

Quelques voitures GT ont couru dans différentes catégories mineures, mais rien de bien officiel, ni de très spectaculaire.

Puis, Dany Bahar, transfuge de Ferrari, est arrivé en poste pour remettre Lotus, propriété du constructeur automobile malaysien Proton, sur les rails.

Suite au dévoilement d'une nouvelle gamme de voitures de série, Lotus a décidé de revenir en sport auto. Mais pas par la petite porte... Depuis à peine deux ans, Lotus a presque pris toutes les catégories d'assaut.

Bizarre... Pendant près de 20 ans, on n'avait pas entendu parler de Lotus, puis, soudainement, il y a du Lotus partout!

Cette saison, on voit Lotus impliquée en Formule 1, en IndyCar, en GP2, en GP3, en endurance comme aux 24 Heures du Mans, GT britannique, American Le Mans...

Lotus
Photo: IMS

On se demande quelle est la stratégie marketing dissimulée derrière un tel étalement de noir et or, les couleurs fétiches de Lotus. Mais attention : Lotus ne connaît pas le succès dans toutes ces séries. À dire vrai, seul le programme F1, géré par Genii, connaît un certain succès.

Car en IndyCar, c'est le désastre. Lotus a accepté de devenir motoriste dans cette série, faisant sous-traiter son moteur V6 turbo par John Judd. Mais ayant pris sa décision trop tard, tout le programme a souffert. Lotus a raté les essais hivernaux, et a participé à la première course avec un manque cruel d'essais.

Le moteur Lotus IndyCar est non seulement pas assez puissant, mais il est extrêmement fragile. À un point tel que trois des quatre écuries motorisées par Lotus en début de saison ont décidé de briser leurs contrats! Il ne reste qu'une seule voiture Lotus à temps plein : celle de la pauvre Simona de Silvestro qui devra disputer toute la saison aux commandes d'une voiture beaucoup trop lente.

Lotus, qui désirait, avec son implication en IndyCar et au Indy 500, faire un joli coup de publicité et de marketing en sol nord-américain, est en train de se faire ridiculiser et de perdre toute crédibilité. Une situation pas terrible quand le but ultime de l'opération est de vendre des voitures de série, chères.