Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Qui ressuscitera la voiture électrique ?

Qui ressuscitera la voiture électrique ?

Par ,

Il semble bien que l'une des entreprises qui a tué l'EV1 en 2001, General Motors, pourrait bien la ressusciter sous les traits de la Chevrolet Volt dans trois ans, soit en 2010, si tout fonctionne bien. Les spéculations étant ce qu'elles sont sur le prix du carburant, il est plus que temps qu'on pense sérieusement à mettre sur le marché des véhicules électriques capables d'une autonomie qui va de raisonnable à quasi illimitée. Forte de l'expérience acquise avec l'EV1 en 1996 et des récents développements effectués sur les technologies hybrides, GM nous propose un véhicule électrique qui utilise un moteur thermique pour recharger le groupe de batteries lithium-ion qui alimentent le moteur électrique.

Saturn EV1

Qui ne se souvient pas de l'incursion de General Motors en 1996 dans le monde du véhicule électrique quand elle a mis l'EV1 sur le marché ? Pourquoi GM s'était-elle lancée dans une aventure aussi périlleuse ? Tout simplement pour satisfaire les nouvelles lois californiennes mises en vigueur au début de la décennie en vertu desquelles 2 % de tous les véhicules vendus ne devaient émettre aucun gaz polluant. Le fabricant américain a donc dû investir plus de un milliard en développement et en commercialisation, une dépense par la suite épongée par l'administration Clinton. GM a donc produit 1100 EV1 et en a loué plus de 800 pour une durée de trois ans à des résidants de la Californie et de l'Arizona, tous très heureux d'avoir une consommation d'électricité équivalant au tiers de la consommation en carburant d'un véhicule du même gabarit.

À l'époque, l'EV1 était considérée comme le véhicule qui obtenait le meilleur rendement énergétique. Outre une accélération de 0 à 100 km/h en 9 secondes, cette voiture à deux places pouvait parcourir 200 kilomètres sur une seule charge. Et quand on voulait recharger les batteries, on n'avait qu'à la brancher dans une prise de 220 volts. Au terme de ces trois années de contrat de location, GM, non sans difficultés, a récupéré les véhicules, les a détruits et a annulé le programme.