Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Rallye Aïcha des Gazelles: Compte-rendu de la journée du 22 mars

Rallye Aïcha des Gazelles: Compte-rendu de la journée du 22 mars

Par ,

Les Gazelles n'ont pas boudé leur plaisir hier dimanche en optant massivement pour les CPX, balises placées au coeur des dunes de l'Erg Chebbi, à proximité de Merzouga.

Favorisées par la pluie de ces derniers jours dans la région, les concurrentes ont trouvé à leur arrivée ce matin un sol dur et stable. Mais gare aux apparences ! Au fil des heures, la température grimpe, le sable ramollit et les Gazelles... se prennent dans le sable.

Une. Puis deux. Puis trois. Puis dix. Partout dans cet immense bac à sable de plusieurs centaines de mètres de haut, des équipages sortent les pelles. On creuse pour permettre un franchissement de crête, on creuse pour se sortir des traces des autres concurrentes.

Au détour des monticules orange vif, des convois se forment, qui facilitent l'entraide. Pelleter, parfois deux fois par heure, c'est plus drôle à plusieurs !

Ce soir, seulement une dizaine d'équipages avait choisi de dormir dans ce superbe site naturel, lui préférant le calme de la nuit à la belle étoile à l'effervescence du bivouac, où l'on s'apprête à lever le camp.

Aujourd'hui, étape marathon de 350km à vol d'oiseau, qui va durer deux jours sans retour au bivouac. Direction Mhamid et la vallée du Draa, en passant par l'oued Rheris. Les Gazelles auront à nouveau le choix entre différents parcours : reliefs ou zones sableuses, vallées, montagnes ou pitons rocheux. Le soir pour l'ensemble du Rallye, ça sera bivouac sauvage.

Nouvelle du jour pour les équipes québécoises:
Andréanne, de l'équipe 20 (quad), a donné un show dans les dunes de Merzouga cet après-midi lorsqu'elle a fait un tonneau vers l'avant. La dune qu'elle venait de monter coupait trop carré sur l'autre versant. En descendant, Andréanne a été éjectée de son bolide, mais s'en est tirée sans aucune blessure. Quant à sa coéquipière Nancy, elle a versé sur le côté peu avant d'entrer dans les dunes. Quatre paires de bras ont été nécessaires pour relever le quad. Les filles ont néanmoins pointé quatre balises de type X, soit les plus difficiles.

«C'est une journée qui est meilleure sur notre moral. Nous étions dues!», lance Andréanne. Toutes les gazelles avaient à pointer sept balises aujourd'hui et elles pouvaient empunter trois parcours selon des degrés de difficulté différents.

Équipe 160 d'Auto123.com: Classement 4 X 4 : 38e à la 4e étape, 44e au cumulatif sur un total de 106 équipes. Les sours Marie-Claude et Julie Richard ont pointé cinq balises de type X hier.

Lundi le 23 mars - Étape marathon
NEIJAKH / MHAMID - kilométrage idéal 340, temps minimum estimé 22h00, étape marathon

L'étape marathon s'effectue en 48h, à son rythme pourrait-on dire, mais il faut adapter sa stratégie aux distances à parcourir et vérifier soigneusement l'heure de fermeture des Check Points.

La première journée livre les Gazelles aux vallées multiples, toutes plus belles les unes que les autres. La navigation est difficile, mais l'entraînement quotidien n'en fait plus un obstacle rédhibitoire. La région renferme des trésors de cailloux, et les pistes de mineurs sillonnent le terrain. Polies, certaines pierres noires se retrouveront un jour au cou des Gazelles.

La première vraie difficulté, ou en tous cas, réputée comme telle, est le passage de l'oued Rheris. On aimerait d'ailleurs que « rheris » en berbère, signifie « maléfique ». C'est surtout, comme l'Oued Ziz, un passage obligé : très longs, ces canaux naturels d'irrigation (généralement temporaires) descendent de l'Atlas et se perdent en Algérie.

Mais où qu'on le passe, c'est toujours une petite victoire qui permet de goûter encore mieux de la sérénité des heures qui suivent. La deuxième partie de l'étape traverse des horizons parmi les plus beaux. Le terrain est roulant, la lumière toujours splendide, même par temps de brume ou vent de sable, et la navigation aisée. Les bivouacs du soir seront nombreux, « à la carte », et généralement très gais. Dormir sous les étoiles sans la pollution lumineuse du grand bivouac est ce qu'il manquait encore à l'expérience des Gazelles.

Pour finir, l'étape marathon nous amène à Mhamid, par des chemins détournés qui, entre regs et zones dunaires, nous rapprochent de la vallée du Draa.