Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Redessiner la smart et en préserver l'intégrité

Redessiner la smart et en préserver l'intégrité

Par ,

Il a 40 ans, des yeux bleus pétillants et quelques mèches rouges dans une chevelure courte et plutôt grisonnante. Mais ce qui attire le regard et l'attention, c'est plutôt la passion qui se dégage de ses propos. En effet, Hartmut Sinkwitz, designer en chef de la seconde génération de la smart, ne tarit pas de précisions quand il parle de son bébé.

Hartmut Sinkwitz, designer en chef de la seconde génération de la smart.

« La smart, c'est une voiture qui fait appel à l'émotivité. Les gens s'y sont identifiés, et elle est devenue une véritable icône dans tous les marchés où on l'a vendue. Il fallait préserver cette personnalité et conserver l'intégrité du modèle, malgré les contraintes de production », précise d'entrée de jeu le volubile designer dans une entrevue avec Auto123.

Un défi, des contraintes
La smart est le seul véhicule encore mobile qui trône au Musée d'art contemporain de New York. Un honneur dont on est plutôt fier à DaimlerChrysler. Mais l'équipe chargée de repenser la nouvelle génération de la smart faisait face à une contrainte supplémentaire. « Smart est pas une marque qui ne peut se baser sur un long historique pour revoir ses véhicules. Elle n'a qu'un court passé, mais une réputation qui va au-delà de ce court historique. »

Il fallait donc, en concevant une nouvelle version, conserver ce qui avait permis de rendre la première smart aussi indispensable à l'histoire du design contemporain, tout en gardant en tête les nouvelles exigences requises par le monde de l'automobile. Car, ne l'oublions pas, la smart fera son entrée en grande pompe chez nos voisins du Sud au cours des prochains mois, et le marché américain a des exigences moins compatibles avec la réalité passée de la smart.


« Nous avons dû faire des compromis dans l'aménagement de l'intérieur, par exemple. Le tableau de bord ne peut plus épouser les formes arrondies de l'ancienne génération pour des raisons de sécurité. Il en est de même de la console centrale, que nous avons dû relever pour éviter les collisions avec les genoux des passagers. »