Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Rick Wagoner tire sa révérence : réaction d'Auto123.com

Rick Wagoner tire sa révérence : réaction d'Auto123.com

Par ,

Le départ de Rick Wagoner n'est pas une grande surprise, et n'a surtout rien à voir avec le syndrome Guy-Carbonneau (où l'entraineur est congédié au lieu des joueurs, comme cela se passe souvent dans le sport professionnel). Ici, monsieur Wagoner avait depuis longtemps tracé lui-même cette voie de sortie.


C'est à lui, par exemple, que l'on doit l'acquisition de 51% des parts de Daewoo, le constructeur coréen, que l'on a tenté d'implanter comme une marque globale, sans grand succès.

Il est aussi le décideur derrière la fermeture de Oldsmobile (bien que ce soit plutôt une bonne chose dans les circonstances, n'eût-été du coût exorbitant de 6 milliards US exigés pour y arriver).

Rick Wagoner a aussi présidé à la faillite de Delphi, mais son passage sera surtout marqué par le refus de GM de s'associer avec Nissan et Renault, ce qui aurait favorisé un développement global plus harmonieux dans l'esprit de plusieurs.

Il aura finalement fallu l'intervention fort médiatisée du coloré Bob Lutz, et un peu contre la volonté de monsieur Wagoner, pour que GM se dirige vers une gamme de voitures plus vertes, lui qui privilégiait d'abord les utilitaires sports plus rentables, et qui était à la base de l'abandon du projet EV1, la voiture électrique du début des années 2000. Il n'a jamais voulu non plus, contrairement à ses compétiteurs, miser sur les véhicules à motorisation hybride.

Bref même si la crise économique en a précipité le départ, Rick Wagoner vivait depuis longtemps sur du temps emprunté. Et le fait que l'administration américaine exige lui-même sa démission démontre sans nul doute le peu de confiance qu'il recevait de l'extérieur.

Réaction du communiqué de presse:
Rick Wagoner tire sa révérence
photo:General Motors