Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Sécurité automobile : Voler une voiture sans clé et sans forcer l'entrée est possible

Sécurité automobile : Voler une voiture sans clé et sans forcer l'entrée est possible

Par ,

Trois chercheurs suisses ont découvert que les voleurs de voiture du futur pourraient dérober la vôtre sans utiliser de clé ou même pénétrer dans celle-ci. La cryptographie et les protocoles informatiques employés pour protéger les systèmes d'entrée et de démarrage sans clé pourraient en effet souffrir de faiblesses.

Dix automobiles de huit manufacturiers équipés de ces dispositifs ont été mises à l'épreuve. En interceptant et en relayant les signaux de l'automobile à la clé et vice-versa, les savants ont réussi à accéder et à conduire tous les véhicules testés.

Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com

Normalement, la clé émet un signal de faible intensité lorsqu'elle est assez près du véhicule qui lui est assigné, enclenchant les systèmes de déverrouillage et de démarrage sans clé. Les scientifiques ont pris deux antennes transmettant les mêmes signaux, et ce même si la clé se trouvait beaucoup plus loin que la distance requise.

Une première antenne située dans un rayon de huit mètres de la clé et une deuxième installée le plus près possible de l'automobile ciblée permet de s'infiltrer et s'emparer du véhicule aisément.

Les chercheurs ont démontré deux scénarios à des coûts relativement bas. Le matériel avec fils coûte à peu près 50 $, tandis que l'équipement sans fils varie entre 100 $ à 1000 $, dépendamment des technologies.

Dans le cas du vol réalisé sans fil, les malfrats pourraient travailler en duo. Le premier surveillerait le stationnement tandis que l'autre se positionnerait dans un rayon d'environ 8 mètres de la personne visée, évitant ainsi tout soupçon.

Le larcin impliquant un câble est envisageable dans le cas où le propriétaire laisserait sa clé près d'une fenêtre. À ce moment, une seule personne pourrait placer le fil relié aux deux antennes et subtiliser le bolide convoité.

Le but de cette expérience consiste évidemment à trouver les meilleures solutions possibles, dans le but d'aider les fabricants automobiles à améliorer et sécuriser leurs dispositifs dans le futur.

David Wagner, professeur en science des ordinateurs à l'Université de Californie, affirme qu' « un des aspects négatifs des vols de voiture pratiqués grâce à la haute technologie, est qu'il n'y a aucun signe d'entrée forcée », compliquant la tâche des policiers et des compagnies d'assurances d'accumuler des preuves pour savoir ce qui s'est passé. Conséquemment, il croit que tous les intervenants doivent se préparer à une telle éventualité.





Source : Technology Review