Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Selon les enquêteurs, Michael Schumacher n'a pas commis d'imprudences

Selon les enquêteurs, Michael Schumacher n'a pas commis d'imprudences

Par ,

C’est mercredi avant-midi à Albertville en Savoie qu’a eu lieu la conférence de presse des enquêteurs sur l’accident de ski du septuple champion du monde de Formule 1, Michael Schumacher.

Parlant à mots bien pesés et calculés, le procureur, M. Patrick Quincy, n’a pas fait de grandes révélations inattendues.

Au contraire, il a évoqué que l’enquête progressait bien et que les images de la caméra, fixée au casque du champion allemand, démontrait qu’il savait très bien ce qu’il faisait sur cette piste de ski du domaine de Méribel.

« Le 29 décembre, Monsieur Michael Schumacher descend cette piste jusqu’à une intersection de deux pistes. Il suit la piste rouge en bordure, franchit les jalons et se trouve hors-piste. Il pratique une 'godille large'. Il évolue entre trois et six mètres du bord de la piste jalonnée, » de raconter M. Quincy qui a précisé que les images captées par la caméra duraient deux minutes et étaient parfaitement utilisables.

« À un moment, ses skis affleurent un rocher [caché sous la neige poudreuse], il perd l’équilibre et heurte un autre rocher situé trois mètres et demi plus bas. Les rochers qui affleurent sont à huit mètres de la piste. Il est inanimé et son positionnement est à neuf mètres de la piste », de poursuivre le procureur.

M. Quincy a par ailleurs indiqué ne pas être en possession d’une autre vidéo qui aurait été tournée par un skieur et montrant accidentellement, en arrière scène, la chute de Schumacher.

« J’ai entendu évoquer un film fait par un autre skieur. Je n’ai pas plus d’éléments. À ce jour, nous n’avons reçu aucun message. Je reste réservé, voire dubitatif sur le sujet », a-t-il précisé.

Il a ensuite ajouté que selon les images analysées, l’ancien pilote Ferrari ne faisait pas de vitesse au moment de sa chute. « On ne peut pas donner une vitesse, mais on peut dire qu’il avait la vitesse d’un bon skieur ».

Il ajoute aussi que les images, qui ne durent que deux minutes, ne supportent pas la thèse énoncée que Schumacher avait quitté la piste damée pour aller porter secours à la fillette d’un de ses amis.

« Nous ne voyons pas Monsieur Schumacher secourir qui que ce soit, a déclaré le procureur. Mais peut être que le film ne retranscrit pas la descente complète. Mais on ne voit personne avoir un accident dans le champ de vision de la caméra de Schumacher. (…) Je n’ai pas d’éléments sur une autre personne. Je suis amené à penser qu’il est allé délibérément dans cette zone », de confirmer M. Quincy.

Pour conclure, le commandant du peloton de gendarmerie de haute-montagne de Savoie, Stéphane Bozon, a confirmé que le balisage du domaine skiable de Méribel était conforme à la règlementation.

« Le balisage est conforme aux règles en vigueur. Le bord gauche est délimité par des jalons à distance régulière. Monsieur Schumacher évoluait à l’extérieur de ces jalons dans un domaine qui n’était pas balisé », d’affirmer Bozon.