Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai à long terme de la Subaru Outback Wilderness 2022, 6e partie

La remise du bulletin Le chroniqueur auto: , mis à jour:

Subaru Outback Wilderness 2022, profil
Photo : D.Boshouwers
Subaru Outback Wilderness 2022, profil

Cet été, nous vous proposons un examen en six parties de la toute nouvelle variante Wilderness de la Subaru Outback 2022. Aujourd'hui, la sixième partie, alors qu’on remet à la familiale son bulletin final.

À voir aussi : Essai à long terme de la Subaru Outback Wilderness 2022, 1e partie : l’origine et l’évolution d’une idée pas si « wild » que ça

À voir aussi : Essai à long terme de la Subaru Outback Wilderness 2022, 2e partie : sous toutes ses coutures

À voir aussi : Essai à long terme de la Subaru Outback Wilderness 2022, 3e partie : rien ne vaut la route ! (On The Road Again !)

À voir aussi : Essai à long terme de la Subaru Outback Wilderness 2022, 4e partie : promenons-nous dans les bois !

À voir aussi : Essai à long terme de la Subaru Outback Wilderness 2022, 5e partie : Qui tient le volant au juste ?

Déjà trois mois.

Trois mois à faire connaissance avec la Subaru Outback Wilderness, devenue la Wild entre nous puisque nous sommes maintenant des intimes.

Le temps d’une conclusion a donc sonné, celui du verdict final à propos de cette automobile qui, tout bien considéré, fait bande à part.

Car sa compétition directe, en effet, ne forme pas légion.

Consultez les véhicules à vendre près de chez vous

Ford Explorer Timberline / Honda Passport Timberline
Ford Explorer Timberline / Honda Passport Timberline

La concurrence
Si vous me nommez le Honda Passport TrailSport ou le Ford Explorer Timberline, je vous réponds que, oui, voilà des véhicules urbains développés aussi pour affronter les chemins moins fréquentés mais ce sont des utilitaires. Afin de comparer des pommes avec des pommes, il faut en rester aux familiales, l’ADN de la Wild.

En respectant ce critère, il me vient d’abord à l’esprit la Allroad Quattro, une station-wagon (ou une Avant dans le langage d’Audi) dérivée de la A6 dont la garde au sol a été surélevée, sa carrosserie protégée et qui comporte la fameuse transmission intégrale du constructeur teuton. En plein la recette de la Outback, que la variante Wilderness a poussé un cran plus loin.

Mais la Allroad, qui survit aujourd’hui sous les traits de la A4 Allroad (52 300$) et de la A6 Allroad (79 800$), est née en 1999, donc cinq ans après la Outback.

Deux ans avant l’Allemande, les Suédois ont relâché la Volvo V70 Cross Country, ou V70XC, devenue XC70, laquelle de nos jours se décline en familiales V60 Cross Country (56 429$) et V90 Cross Country (72 229$).

Enfin, la plus nouvelle réplique à la Wilderness s’avère l’édition Meridian du CX-50 de Mazda. À partir de 49 800$, elle vise à émuler les exploits hors route de la Subaru mais dans un format s’apparentant davantage à celui d’un multi-segment.

En somme, la Wilderness affronte une poignée de rivales mais elle peut brandir fièrement la maturité du modèle Outback (depuis 1994), ses origines célèbres (Crocodile Dundee quand même !) et un prix de départ de 45 503$ qui se faufile sous tous les autres.

Subaru Outback Wilderness 2022, écusson Wilderness
Photo : M.Crépault
Subaru Outback Wilderness 2022, écusson Wilderness

Petits pots…
De ces trois mois, côté agacements, je retiens les suivants :

- des alertes et des mesures préventives trop intrusives qu’on a souvent envie de désactiver (ce qui se fait aisément) ;
- un système de conduite semi-autonome qui hésite parfois, surtout dans les virages, à décider où se trouve le centre de la voie, de sorte que j’ai dû plus d’une fois ressembler à un conducteur aux facultés affaiblies ;
- une multitudes d’icônes et de commandes sur l’écran central pas toujours faciles à démêler ;
- une sono que j’aurais souhaité plus limpide.

Comme vous le voyez, des critiques constructives qui concernent essentiellement des subtilités électroniques.

… et grosses fleurs !
Parce que pour le reste, c’est-à-dire vivre au quotidien, entre deux centres d’achats, ou alors en allant gambader dans les bois, la Subaru Outback Wilderness ne m’a procuré que des satisfactions.

Un contentement général qui se serait même amplifié si j’avais pu profiter de la capacité de remorquage maximale de 1 588 kg (3 500 lb), mieux que ce que peut tracter le 2,5-litres atmosphérique des Outback moins bien équipées (1 225 kg/2 700 lb).

Ou si j’avais utilisé les longerons de toit livrés de série avec quatre points d’ancrage (dont les emplacements sont stratégiquement soulignés par la teinte « cuivre anodisé » – disons or ! – qui confère un cachet très original à l’auto) pour supporter une tente et leurs occupants (tant que leur poids total n’excède pas 318 kg/700 lb).

Subaru Outback Wilderness 2022, longerons
Photo : M.Crépault
Subaru Outback Wilderness 2022, longerons
Subaru Outback Wilderness 2022, coffre
Photo : M.Crépault
Subaru Outback Wilderness 2022, coffre

En passant, si vous n’avez pas de tente, essayez donc de vous installer dans le compartiment à bagages. Il suffit d’actionner deux leviers dans la soute pour voir les dossiers arrière 60/40 se coucher. Ils forment alors un plancher plat très invitant. Je le sais, je l’ai essayé pour un petit roupillon bien mérité.

Si vous préférez y entasser des bagages, le volume de 920 litres (dossiers levés) et de 2 144 litres (dossiers baissés) en accommode plusieurs, pas mal plus que la compétition (par exemple, moins de 1 700 litres dans le cas des deux Allroad).

Si vous vous mesurez à des conditions routières pénibles, la Wilderness dispose d’un contrôle de la dynamique du véhicule, ou VDC. Même quand la traction intégrale symétrique de la Subaru veille au grain, il peut arriver qu’une roue patine trop ou qu’un effet de sous-virage/survirage se fasse ressentir. Le système VDC vient corriger la situation, par exemple en freinant la roue folle ou en diminuant l’arrivée de carburant. Des détails qui comptent.

Comme ce différentiel arrière qui a été calibré pour rendre ces modulations de traction encore plus sensibles, selon le manque d’adhérence rencontrée.

Subaru Outback Wilderness 2022, en descente
Photo : M.Crépault
Subaru Outback Wilderness 2022, en descente

Conclusion
Entre vous et moi, je ne suis pas certain que nous sommes si nombreux que ça à vouloir défier les embûches de la forêt avec un véhicule de 50 000$ (frais et taxes). Se rendre au chalet, ça oui. Mais risquer ma carrosserie ou ma mécanique en affrontant des rocs acérés gros comme des melons géants et franchir des lits d’eau assez profonds pour un mini monstre du Loch Ness ? Pas sûr.

De toute façon, les vrais amateurs de bouette et d’escalade se tournent vers Jeep ou Land Rover.

Cela dit, je crois sincèrement que la Wilderness remplit un rôle intéressant.

D’abord, répétons-le, il s’agit d’une familiale. Et qui dit familiale dit famille. Si vous entrez dans cette catégorie, on peut déjà dire que vous êtes à votre façon un aventurier car fonder et élever une famille de nos jours tient de l’exploit. Aussi exigeant et hasardeux que traverser le Rubicon.

Alors pourquoi ne pas le faire au volant d’une station-wagon à l’allure costaude, quasiment blindée, capable d’endurer sans broncher la marmaille, les slush renversées et les smarties oubliées.

Certes, la fourgonnette demeure quant à moi – et selon mon fils aîné, sa femme, ses trois filles et leurs deux chiens – le véhicule familial par excellence. Mais elle limite forcément la conduite exubérante. Avec la Wilderness, par contre, on remplit ses obligations familiales tout en préservant ses instincts de coureurs des bois. Ce n’est pas rien…

Et puis, le jour où, par distraction, vous embarquerez sur la chaîne de trottoir d’un terre-plein et que vous retomberez sur le macadam ni vu ni connu, sans racler quoi que ce soit sous le plancher (de toute façon protégé), vous vous féliciterez de votre achat. Oui, ça m’est aussi arrivé.

Le jour où votre ami, vous invitant à sa maison, vous mettra en garde contre le dos d’âne qui sème la terreur parmi les suspensions du voisinage, vous lui répondrez avec calme et confiance : « Ne t’en fais pas pour moi, je conduis une Subaru Outback Wilderness. »

Subaru Outback Wilderness 2022, écusson Outback
Photo : D.Boshouwers
Subaru Outback Wilderness 2022, écusson Outback