Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Top 10 des excuses pour utiliser un cellulaire au volant

Top 10 des excuses pour utiliser un cellulaire au volant

Par ,

Tel que rapporté par Insurance Corporation of British Columbia

Vancouver —
Cela fait cinq mois que la Colombie-Britannique a interdit l’usage des téléphones cellulaires en main par les conducteurs et, jusqu’ici, les policiers ont émis plus de 8000 constats d’infraction. Malgré les risques et les amendes que représente cette pratique, les gens continuent de défier la loi.

La Corporation de l’assurance de la Colombie-Britannique (ICBC) a récemment demandé à des agents d’identifier les 10 excuses les plus populaires pour utiliser un cellulaire tout en conduisant.

Photo: Thinkstock

1. «Je faisais un appel urgent pour le travail!»
Reposer la tête en bas à la suite d’un capotage dans un fossé parce que vous ne portiez pas suffisamment attention à la route serait une vraie urgence. Lorsque vous conduisez, ayez un message de réponse automatique qui avertit tout appelant que vous pouvez être sur la route et donc dans l’impossibilité de prendre des appels pour le moment.

2. «J’étais arrêté à un feu rouge!» Mettons les choses au clair tout de suite : la loi s’applique en tout temps, tout lieu… même à un feu rouge!

3. «Je vérifiais seulement ma boîte vocale; je n’ai pas fait d’appel.» La loi interdit l’usage du cellulaire en main au volant, non seulement pour parler mais aussi pour envoyer des textos et vérifier sa boîte vocale. Attendez de quitter le volant pour prendre vos messages. Mieux encore, gardez votre cellulaire hors de portée (dans le coffre, par exemple) afin d’éviter toute tentation.

4. «J’utilisais la fonction mains libres Ça ne compte pas si vous tenez quand même le téléphone dans votre main. Il ne s’agit pas d’utiliser celui-ci comme un haut-parleur. La loi stipule que les conducteurs ne peuvent tenir en main un appareil de communication mobile, que ce soit un cellulaire, un iPod ou tout autre gadget électronique du genre.

5. «C’est ma mère qui m’appelait!» On enseigne aux apprentis conducteurs à ne se servir d’un téléphone cellulaire, incluant les appareils mains libres, que lorsque le véhicule est garé de façon sécuritaire ou qu’ils font un appel d’urgence au 911. Avis aux parents : rendez service à vos ados et ne les appelez pas si vous savez qu’ils se trouvent derrière un volant.

6. «Je n’étais pas au courant; je ne suis pas d’ici.» Tu parles! Selon un sondage de la firme Ipsos-Reid qui date de janvier 2010, 98 % des Britanno-Colombiens ont entendu parler de la nouvelle interdiction. Petit rappel : la loi s’applique à toute la province!

7. «Je sais conduire, moi. Pas comme les gens qui mangent ou se maquillent en conduisant!» N’importe quelle manœuvre ou activité qui détourne votre attention de la route pose un danger. Des études démontrent que les conducteurs qui parlent au cellulaire ratent environ 50 % des informations visuelles que leur transmet leur environnement. Ils courent également quatre fois plus de chances de subir un accident.

8. «Je ne faisais que régler mon appareil mains libres.» Vous aurez sans aucun doute plus de succès à régler votre cellulaire (ou manger ou vous maquiller) AVANT de prendre la route, lorsque votre véhicule est immobile. Par définition, les préparatifs et précautions doivent précéder l’action, dans ce cas-ci la conduite.

9. «C’est ma première fois. Pouvez-vous me donner seulement un avertissement?» Une période de clémence d’un mois a suivi l’entrée en vigueur de la nouvelle loi en Colombie-Britannique, laissant ainsi aux automobilistes tout le temps nécessaire pour se familiariser avec le règlement. Une amende de 167 $ et trois points d’inaptitude sont le meilleur avertissement qui existe pour une première offense.

10. «C’est ma femme qui appelait et je n’osais pas l’ignorer.»
Aimerait-elle mieux apprendre par la police que vous avez subi un accident et que votre vie (ou celle d’autres personnes) est en danger, tout ça parce que son appel vous a distrait? Arrêtez-vous complètement le long de la route avant d’entamer une conversation au cellulaire. Une vie humaine vaut bien plus qu’un simple appel téléphonique, même avec un être cher à l’autre bout de la ligne.