Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Toyota n’est pas prête à abandonner les voitures

Au cours de la dernière année, on a vu certains manufacturiers annoncer qu’ils cessaient la production de voitures alors que d’autres ont posé des gestes qui nous ont fait comprendre qu’ils ne misaient plus sur le succès de l’automobile telle qu’on l’a connue. Ford et GM, pour ne pas les nommer, vont jeter leur dévolu sur les VUS, notamment.

Certains analystes s’attendaient même à ce que cette tendance soit empruntée à bien des adresses, mais à notre humble avis, ce ne sera pas le cas. Oui, d’autres modèles disparaîtront sûrement, mais il est faux d’imaginer un monde sans petites autos. Même si les VUS finissent par occuper 70 % ou 75 % du marché, ça laisse quand même quelque chose comme un quart de ce dernier à saisir, ce qui n’est pas à négliger.

Qui plus est, si certains joueurs sont absents, la part du gâteau devient plus accessible et intéressante. Chez Nissan, par exemple, on répétait au dernier Salon de l’auto de Los Angeles que l’engagement de l’entreprise envers les berlines était sérieux.

Toyota vient de s’avancer dans la même direction. Concrètement, la compagnie n’a pas l’intention d’abandonner l’univers de la voiture. Cette nouvelle a été confirmée par Bob Carter, le vice-président à la direction de Toyota pour l’Amérique du Nord.

Photo : D.Boshouwers

Il a rappelé qu’aux États unis seulement, quatre millions de voitures allaient se vendre l’an prochain. « Ce nombre est plus important que celui de bien des marchés à travers le monde », a-t-il fait remarquer. Il a ajouté que pour lui, les voitures étaient « très importantes. »

Voilà des propos rassurants pour ceux qui s’inquiètent de l’avenir de l’auto. Surtout, ils émanent en marge de résultats une fois de plus révélateurs sur le portrait de l’industrie. Jusqu’au mois d’octobre cette année, les ventes de voiture sont en baisse de 12 % chez Toyota alors que celles des VUS sont en hausse de 8 %.

Cependant, on s’approche d’un niveau plancher pour l’auto, seuil que Jim Lentz, le chef de la direction pour Toyota en Amérique du Nord, évalue à environ 30 %.

Ce qui est certain, c’est que les constructeurs qui vont continuer à produire des voitures vont en profiter à long terme, car après avoir atteint un seuil plancher, l’intérêt envers cette dernière ne peut que renaître.

À condition qu’il ne disparaisse pas avant... On ne le croit pas, mais...

Photo : D.Rufiange