Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Une expérience NASCAR pas signe de succès IndyCar au NH

Une expérience NASCAR pas signe de succès IndyCar au NH

Par ,

La série IndyCar revient au New Hampshire Motor Speedway pour la première fois depuis 1998 ce week-end.

Aucun des pilotes du plateau actuel de la série n'a couru sur la piste la dernière fois que la série s'y est rendue. On penserait donc qu'une expérience en NASCAR serait bénéfique, mais il n'en est apparemment rien!

« Dans une voiture stock-car, on roule au bas de la piste », a expliqué Danica Patrick qui, avec son rival Dario Franchitti, est une des seules à pouvoir se vanter d'avoir une telle expérience en série Nationwide.

« Mais dans une IndyCar, vous roulez plutôt dans la deuxième ligne, là où l'angle de la piste (banking) est plus prononcé. C'est très rapide.

« Il y aura bien sûr l'option de la trajectoire du bas, mais ce sera tout un défi de faire tenir la voiture. La sortie du virage dans la dénivellation rend la voiture plutôt glissante », a-t-elle ajouté.

Il faut dire que même si un pilote avait piloté la dernière épreuve IndyCar de 1998, il aurait très peu de repères cette année puisque les « bankings » ont été installés en 2002 puis repavés en 2003.

En fait, ce petit ovale ne permet jamais aux pilotes IndyCar de cesser de tourner le volant! Certains avaient d'ailleurs la tête qui tourne après les séances de 30 minutes d'essais!

« Imaginez la force G imposée en permanence aux pneumatiques et aux châssis qui se transfère automatiquement aux pilotes », a simplement illustré le directeur de l'équipe Chip Ganassi Racing, Mike Hull.

Et ce n'est pas comme si marcher autour de la piste allait aider les pilotes à mieux connaître leur défi!

« Sur les circuits routiers, vous pouvez même utiliser une voiture de route pour faire un tour de reconnaissance avant les essais et ainsi mieux vous préparer.

« Sur un ovale et qui plus est dans un IndyCar, ça ne vous aiderait probablement pas. Une voiture de route réagit trop différemment », a déclaré Patrick.

« C'est tellement différent quand vous passez d'un circuit routier permanent à un ovale ou à une piste urbaine. Vous devez continuellement vous réadapter au type de piste et, bien sûr, au type de voiture que vous pilotez », a-t-elle conclu.