Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Volkswagen dévoile ses plans en matière de recyclage de batteries

En 2025, Volkswagen compte produire un million de véhicules électriques par année. Considérant que les batteries qui serviront ces derniers ont une espérance de vie variant de 10 à 15 ans, le temps viendra où il faudra penser à la récupération de ces dernières, sans compter le fait que l’approvisionnement en matériaux nécessaire à la fabrication de piles risque de se compliquer.

Conséquemment, et en considérant le contexte, Volkswagen vient de dévoiler ses intentions concernant la récupération des batteries qu’elle mettra en circulation.

« Alors que les véhicules électriques vont devenir la norme, extraire les matériaux à partir de batteries arrivées en fin de vie sera moins dispendieux que de le faire à partir de la terre. »

- Volkswagen

Certaines des piles qui seront retirées de véhicules pourront aussi servir à d’autres fins, comme pour des stations de recharge ou des unités de stockage. Les stations mobiles de recharge rapide de l’entreprise peuvent contenir jusqu’à 360 kWh d’énergie, ce qui est suffisant pour recharger simultanément quatre véhicules à un rythme de 100 kW chacun.

Photo : Volkswagen

L’usine allemande de composantes Salzgitter sera celle qui servira éventuellement aux opérations de recyclage de la compagnie. Dès l’an prochain, elle sera en mesure de recycler 1200 tonnes de batteries de voitures électriques, soit l’équivalent de 3000 véhicules annuellement.

« À long terme, nous voulons recycler environ 97 % des matières premières qui composent les piles. Aujourd’hui, nous sommes à environ 53 %. L’usine de Salzgitter espère faire passer cette proportion à 72 %. »

-  Volkswagen

Le recyclage des composantes de batteries de voitures électriques est essentiel à la survie même de cette solution en matière de transport. À ce sujet, on vous invite à consulter un dossier qui traite également de recyclage.

Et à travers tout cela, ne perdons pas de vue qu’à certains endroits sur la planète, les conditions d’extraction de ces matières premières sont loin d’être idéales pour les populations locales, quand on ne parle pas de conditions inhumaines auxquelles sont soumis certains travailleurs.