Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

VW développe un moteur turbocompressé et suralimenté pour la consommation de masse

VW développe un moteur turbocompressé et suralimenté pour la consommation de masse

Depuis quand un moteur à pistons de 1,4 litres destiné à la production de masse développe-t-il 170 chevaux? Par ,

Depuis quand un moteur à pistons de 1,4 litres destiné à la production de masse développe-t-il 170 chevaux?

D'abord, il y a eu TDI, la version Volkswagen du moteur turbo à injection directe. Au fil des décennies, il est devenu ce qui pourrait bien être la
Et maintenant pour quelque chose de complètement différent... TSI. Le premier moteur doté du système "Twincharger" au monde. Un moteur qui est à la fois turbocompressé et suralimenté! (Photo: Volkswagen Canada)
lignée de moteurs diesel la plus renommée au monde, la marque de commerce de certains des moteurs diesel les plus avancés et les plus puissants sur la planète.

Puis, il y a moins de quatre ans, VW introduisait un autre acronyme à trois lettres, FSI, qui signifie Fuel Stratification Injection, la version du Groupe Automobile Volkswagen (VAG) de l'injection directe d'essence. La technologie qui permet l'alimentation des moteurs turbodiesel par rampe commune a été adaptée aux moteurs à essence, injectant une fine bruine d'essence directement dans la chambre de combustion pour permettre une meilleure combustion. Comparée à l'injection d'essence traditionnelle, les moteurs FSI produisent généralement 10 pour cent plus de puissance, tout en consommant 10 pour cent moins de carburant. La technologie FSI a fait ses preuves lors des 24 heures du Mans, aidant les voitures de course R8R d'Audi à prendre les première, deuxième et troisième places pendant trois ans d'affilée.

Et maintenant pour quelque chose de complètement différent... TSI. Le premier moteur doté du système "Twincharger" au monde. Un moteur qui est à la fois turbocompressé et suralimenté!

Nous savons depuis longtemps que lorsqu'il est question d'aspiration
Les turbocompresseurs sont souvent utilisés pour tirer le potentiel maximum des moteurs de petite cylindrée. (Photo: Volkswagen Canada)
forcée, un moteur doit être équipé d'un turbocompresseur ou d'un suralimenteur. Les turbocompresseurs sont souvent utilisés pour tirer le potentiel maximum des moteurs de petite cylindrée. Ils sont aussi relativement peu dispendieux, particulièrement si on les compare au coût de développement d'un tout nouveau moteur à aspiration naturelle de performance similaire. Toutefois, comme ils comptent sur les gaz d'échappement du moteur pour produire la poussée supplémentaire, les turbocompresseurs succombent souvent au décalage, cet ennuyant 'délai' ressenti en attendant que la turbine vire suffisamment pour produire sa poussée optimale. Depuis, ce problème a été résolu par l'utilisation de turbines à basse pression ou de turbines doubles, qui jumellent une petite turbine à basse pression qui réagit sans délai pour ensuite passer le relais à une turbine plus grosse, à pression plus élevée, pour une poussée maximale.

L'autre option était un suralimenteur, une sorte de 'ventilateur' animé par une courroie, qui procure le plus fort de sa poussée près de la vitesse de
L'autre option était un suralimenteur, une sorte de 'ventilateur' animé par une courroie, qui procure le plus fort de sa poussée près de la vitesse de ralenti, mais qui est limité dans les vitesses maximales d'opération par la chaleur et la friction. (Photo: Volkswagen Canada)
ralenti, mais qui est limité dans les vitesses maximales d'opération par la chaleur et la friction. Il y a bien eu quelques tentatives de mettre les deux systèmes en commun, spécifiquement celle de Koenig, développeur de Ferrari, avec sa Testarossa surdéveloppée, mais jamais un tel système n'a connu la production de masse.

Le but de VW avec son moteur TSI n'était pas de créer le moteur de performance optimal, qui serait utilisé dans la Passat de haut de gamme, dans le dispendieux Touareg ou dans la précieuse Pheaton, mais plutôt de produire un moteur puissant, relativement peu coûteux et ce, sans recourir à une grosse cylindrée. Avec l'avènement des contrôles d'émissions européens, où les véhicules sont taxés sur la base de la quantité de dioxyde de carbone émise par kilomètre roulé, il était clair pour les officiels que cette machine raisonnablement sportive devait aussi être abordable à rouler et à acquérir. Volkswagen a choisi le moteur FSI de 1,4 litres de 90 chevaux de la série EA111, le plus petit de sa gamme FSI, comme base pour ce nouveau moteur.