Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Audi Q7 3.0 TDI quattro Premium 2009 : essai routier

Audi Q7 3.0 TDI quattro Premium 2009 : essai routier

Haute couture sportive Par ,

Je dois admettre avoir littéralement adoré ce gros utilitaire sport. La fluidité de ses lignes assorties d’une gueule béante et massive, signature Audi, lui confèrent sa beauté. Malgré son imposant format, on ne prend conscience de sa dimension qu’une fois à ses côtés.

Confortable, attrayant et relativement économique, cet Audi défile gracieusement dans le monde des utilitaires.

Comme tout produit de luxe, de nombreux éléments tape-à-l’oeil comme le chrome, les diodes électroluminescentes des feux arrière, les longerons de toit chromés habillent le Q7. Néanmoins, des vitres teintées nous assurent un peu de discrétion. Les sorties d’échappement ne font cependant pas honneur à ce riche ensemble, car elles sont mal intégrées et manquent légèrement de classe.

L’intérieur nous propose une pure merveille, typiquement Audi, incluant des sièges qui nous vont comme un gant. L’utilisation de matériaux d’excellente qualité jumelés à une parfaite exécution, nous offrent un des habitacles les mieux conçus et des plus distingués.

Une ergonomie digne des grands couturiers, avec des commodités abondantes et pratiques, dont le démarrage sans clé avec bouton poussoir. La caméra de recul fait des miracles lors des manœuvres de stationnement. L’interface MMI d’Audi paraît intimidante au début, mais à l’usage, on se rend vite compte que les ingénieurs l’ont conçue pour qu’elle s’utilise facilement et intuitivement.

En plus du format gargantuesque, on bénéficie d’un toit vitré qui augmente de beaucoup la luminosité de l’habitacle. Cet espace des plus généreux s’accroît considérablement lorsque l’on n’utilise pas les deux sièges microscopiques de la troisième rangée, on se retrouve alors avec un espace de chargement plus grand qu’un « walk-in ». Le Q7 prétend accueillir sept passagers, mais il faut spécifier qu’il s’agit véritablement de cinq places très confortables + deux en quarantaine.

Un élément agaçant toutefois, demeure l’emplacement des bouches de climatisation des places arrière. Montées sur le pilier B, juste à côté de la tête du conducteur et du passager avant, on entend toujours un bruit d’air lorsqu’elles fonctionnent.

L’intérieur nous propose une pure merveille, typiquement Audi.