Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Bentley Continental GTC 2007 : essai (vidéo)

Bentley Continental GTC 2007 : essai (vidéo)

Par ,

VIDÉO
Certains noms sont synonymes de performance et de noblesse. Sans doute à cause de leurs royales affinités, les voitures anglaises ont justement cette aura d'aristocratie qui les distingue de la masse des pauvres véhicules du peuple. Ce qui peut vous sembler ici une affirmation très hautaine est en fait le fruit d'une réflexion survenue après quelques jours au volant de la toute nouvelle Bentley Continental GTC, le cabriolet le plus rapide au monde.

La prestigieuse marque anglaise a été fondée en 1919 par Walter Owen Bentley.

Rares sont les voitures qui ont autant de charisme et qui attirent autant les regards des curieux. Il faut dire que l'imposante silhouette de la Bentley laisse peu de place au doute. Lorsque l'on voit arriver dans son rétroviseur cette immense grille surmontée du distinctif B de la marque, impossible de ne pas sursauter d'admiration.

Même à l'arrêt, la dimension presque extravagante de la grande Bentley est impressionnante. Dans sa version cabriolet, avec son toit de toile soigneusement en place, elle demeure un peu plus discrète. Mais quand le toit s'abaisse, oubliez la discrétion : la GTC en jette, peu importe l'angle où vous la regardez, surtout dans le ton bleu acier, la couleur de notre modèle d'essai.

Salon royal
Le charme irrésistible de la Bentley Continental GTC ne s'arrête pas à sa silhouette. Une fois à bord, la vie n'est que luxe et opulence. Des matériaux d'une grande noblesse et une qualité de finition irréprochable sont évidemment de mise. Le cuir, omniprésent (y compris sur la planche de bord), met en évidence le tableau de bord, alliant modernisme et classe. On y retrouve d'ailleurs rien de moins qu'une montre Breitling, symbole par excellence de l'aristocratie britannique.

Cette grande classe ne rend cependant pas les choses faciles pour autant. Certaines commandes, notamment celles du système de navigation par satellite, exigent presque des études à Oxford ou à Cambridge pour être comprises du premier coup.

Quant au comfort de l'habitacle, il est plus que remarquable pour les passagers avant, qui profitent de sièges aux ajustements presque illimités, rendant simple la recherche d'une position de conduite efficace. En revanche, les passagers arrière devront se sacrifier pour faire de longues randonnées, tellement l'espace est restreint et les sièges, peu comfortables. Remarquez que ce comfort se retrouve avec ou sans le toit, puisque l'habitacle jouit d'une insonorisation haut de gamme, incluant des glaces latérales à double lamination pour éliminer les bruits superflus.

Un habitacle très cossu digne d'un monarque britannique.