Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

BMW 528i xDrive 2012 : essai routier

BMW 528i xDrive 2012 : essai routier

Pourquoi un V8? Par ,

« La nouvelle Série 5 avec moteur à 4 cylindres est la version la plus équilibrée et la mieux assortie de la populaire berline intermédiaire de BMW. À 56 900 $, la 528i xDrive 2012 devrait s'avérer votre choix No. 1 pour une voiture de luxe. »

J'ai déjà vu l'inscription « YBYAV8 » sur une plaque apposée à l'arrière d'une magnifique Porsche 911 (930) avec moteur à 6 cylindres à plat. Ça fait longtemps, mais je me rappelle encore le message très clair qu'elle sous-entendait : on peut se passer des gros moteurs.

Rien n'est plus vrai de nos jours. Bien sûr, cette situation m'attriste un peu. Comme n'importe quel mordu de performance, j'ai toujours aimé les V8, les gros blocs et les muscle cars. D'ailleurs, j'ai moi-même possédé deux voitures à moteur V8 à une certaine époque. Malheureusement, je crains que les amateurs à peine 10 ans plus jeunes que moi puissent en dire autant.

En fait, oui, il y en aura quelques-uns - ceux qui ont beaucoup d'argent en banque. Pourquoi? Parce que les moteurs V8 resteront exclusifs aux produits les plus haut de gamme. C'est le cas chez Cadillac, Lexus et Infiniti, mais seulement avec leurs modèles porte-étendard. Les constructeurs allemands font la même chose; toutefois, ils abandonnent de plus en plus les V8 en faveur de moteurs à 6 cylindres turbocompressés ou suralimentés.

4 cylindres? Oui, monsieur!
BMW a maintenant tout pour satisfaire les acheteurs de Série 5 : des moteurs à 4, à 6 et à 8 cylindres et même bientôt un groupe motopropulseur hybride. J'ai essayé toutes les versions « régulières », mais pas encore l'ActiveHybrid 5 ni la M5 de 560 chevaux. Bien que j'aie très hâte de conduire cette dernière, j'ai choisi cette fois une de mes préférées : la BMW 528i avec moteur à 4 cylindres de 2,0 L.

Disons-le tout de suite : la technologie TwinPower Turbo (double turbocompresseur) de BMW est une véritable merveille d'ingénierie. Ici, elle permet au moteur compact de générer une puissance de 240 chevaux à 5 000 tours/minute et un couple de 260 livres-pied, accessible entièrement de 1 250 à 4 800 tours/minute. Grâce à l'excellente boîte automatique à 8 rapports qui l'accompagne, cette berline de 1 818 kilogrammes (4 001 livres) peut atteindre 100 km/h en seulement 7,0 secondes.

Évidemment, il y a plus. Beaucoup plus. Tel que précisé dans le titre, la BMW 528i 2012 que j'ai testée misait sur le système de transmission intégrale xDrive. Le poids et le temps d'accélération susmentionnés en tiennent compte, tout comme la consommation d'essence inférieure à 7,0 L/100 km sur l'autoroute (dans des conditions optimales, à une vitesse de 100 km/h). Personnellement, je n'ai pu m'approcher de ce chiffre, mais j'ai quand même obtenu une moyenne de 9,5 L/100 km au terme de mon essai routier, ce qui est absolument remarquable.

Vite, montez à bord avant qu'on file!
J'ai souvent de la difficulté à identifier mon habitacle préféré parmi tous ceux offerts. Audi, BMW et une ou deux autres compagnies me plaisent vraiment beaucoup. À l'heure actuelle, je vote pour BMW. Le côté austère de la Série 5 me fascine. Durant ma semaine d'essai, j'ai rencontré un ami qui possède une Mercedes-Benz Classe E 2011 et il a été franchement séduit par le décor racé et intime de la BMW. Tout est disposé de manière naturelle et conviviale, alors que la Classe E requiert un peu d'effort pour atteindre certaines commandes.

Les sièges somptueux et confortables s'ajustent d'une multitude de façons pour assurer une expérience de conduite très relaxante. Le tableau de bord se veut à la fois complexe (beaucoup de boutons) et simple à comprendre (la plupart d'entre eux sont regroupés en deux minces rangées).

Le luxe et la technologie demandent toujours un peu d'adaptation. Dans ce cas-ci, le conducteur voudra en découvrir davantage au lieu d'être irrité par certaines fonctions. Ça fait partie du charme de rouler en BMW.

Quant à l'espace, il convient amplement pour quatre adultes et leurs bagages. Le coffre engloutit d'ailleurs sans problème deux sacs de golf. Pour plusieurs, c'est important.

Dernier cri
Les marques de luxe jouent souvent un rôle de leader en matière de technologie et BMW ne fait pas exception. On retrouve dans la 528i xDrive 2012 un arsenal de sécurité complet allant d'une douzaine de coussins gonflables à des caméras et radars en passant par différents systèmes d'aide à la conduite. C'est bien beau, mais je m'intéresse encore plus à ce que BMW qualifie de « dynamique ».

Prenons par exemple le système de contrôle dynamique de la conduite. Un bouton placé à côté du levier de vitesses permet d'alterner entre les quatre modes de conduite, de Confort jusqu'à Sport +. On peut ainsi modifier la réponse de l'accélérateur, les changements de rapport de la boîte Steptronic, l'amortissement de la suspension et l'assistance du dispositif antidérapage. En tout temps, la voiture analyse notre style de conduite et les conditions routières afin de maximiser le confort sans sacrifier la performance.

Dynamique est le bon mot
Lors de ma courte semaine au volant de la BMW 528i xDrive 2012, j'ai opté pour le mode Confort en ville et Sport sur l'autoroute. Croyez-moi, même dans le premier, la grande berline ne paraît jamais trop molle ni trop douce. Elle demeure stable et bien à plat sur la route, sa suspension et son accélérateur étant juste assez décontractés.

Selon moi, les modes Confort et Normal ne devraient faire qu'un - à moins que le propriétaire de la voiture habite en Floride ou en Californie. J'aurais aimé exploiter davantage le mode Sport +, surtout à l'aide des sélecteurs de vitesses montés sur le volant. En passant, c'est le plus proche qu'on arrivera d'une Série 5 manuelle - hormis peut-être la nouvelle M5.

Peu importent les circonstances, la 528i xDrive fait sentir le conducteur en plein contrôle. Elle inspire énormément confiance et rien ne semble la perturber. Attaquer à vive allure une route accidentée, enneigée et glissante? Pas de problème!

Tout y est
En définitive, conduire la BMW 528i xDrive 2012 se veut un régal pur et simple. Son habitacle superbement aménagé demeure silencieux, son moteur à 4 cylindres démontre une fougue soutenue et sa boîte automatique discrète ne rate pas un seul coup.

Bien entendu, tout ceci a un prix. Je n'ai même pas assez de doigts pour compter les différents groupes d'options accompagnant mon exemplaire, dont le prix s'élevait à un peu plus de 82 000 $ (la 528i xDrive débute à 56 900 $). C'est cher, mais quand on regarde les Mercedes-Benz Classe E et Audi A6 de ce monde, un tel prix est justifié.

L'important à retenir, c'est que les moteurs turbocompressés à 4 cylindres représentent la voie de l'avenir. Audi offre déjà la A6 2.0T aux États-Unis (pas au Canada) et parions que Mercedes-Benz emboîtera le pas. Or, aucune d'entre elles ne favorise une communion entre le conducteur et la route comme le fait la BMW Série 5.

Essais routiers et évaluations

Experts
    Consommateurs
    BMW Série 5 2012
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler
    BMW Série 5 Berline 2012
    BMW Série 5 Berline 2012
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler
    Gallerie de l'article