Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

BMW X6 xDrive50i 2015 : essai routier

BMW X6 xDrive50i 2015 : essai routier

La brute des boulevards Par ,

Quand j'achète un véhicule, je m'attends à ce qu'il remplisse ses promesses et celles du fabricant. Par exemple, j'ai choisi une Subaru WRX familiale (pour transporter du bois et des outils), avec un moteur turbo (pour plus de puissance) et une transmission intégrale (pour m'amuser à déraper tant en été qu'en hiver). Le fait qu'elle soit sexy est un boni. Après tout, je ne suis pas du genre à dépenser de l'argent simplement pour un beau look... à moins qu'on parle d'un produit Apple.

Il y a des choses comme le BMW X6 (ou l'Acura RDX) qui sont difficiles à classer et à apprécier. Ce multisegment n'est pas très joli ni très bon pour quoi que ce soit, à part accélérer en trombe et voir du pays à une vitesse prodigieuse. La sensation de puissance qui l'accompagne est enivrante et joue de mauvais tours à notre cerveau.

Bref, je ne crois pas avoir déjà détesté quelque chose que j'aime autant que le X6.

La force brute du BMW X6
Ladite sensation de puissance provient d'un V8 biturbo de 4,4 L qui génère 445 chevaux, de quoi ridiculiser des voitures sport. En effet, ce mastodonte de 2 345 kilos (5 159 livres) atteint 100 km/h en seulement 4,8 secondes. 

Ces chiffres sont bien sûr impressionnants, mais pas autant que l'action qui se déroule lorsqu'on enfonce la pédale jusqu'au tapis. La boîte automatique à 8 rapports gère l'explosion des 479 livres-pied de couple dès 2 000 tours/minute et le système xDrive répartit brillamment le tout aux 4 roues. La poussée intense se maintient jusqu'à plus de 6 000 tours/minute. C'est malade, mais pas autant qu'avec le X6 M de 575 chevaux (une version de base xDrive35i est aussi offerte).

Le X6 ne veut pas vous punir
Énorme et grotesque, le BMW X6 2015 se conduit quand même de façon remarquable. Sa suspension adaptative obéit aux ordres du pilote peu importent les conditions. En mode Confort, le gros X6 se montre doux et stable sur les surfaces endommagées; c'est d'ailleurs le mode idéal pour rouler en ville. Le mode Sport (Sport+ est trop ferme pour un usage urbain) convient bien aux autoroutes et fait mentir le gabarit du X6, ce qui nous encourage à y aller plus à fond. Ceux qui aperçoivent le méchant X6 dans leur rétroviseur ont vite fait de changer de voie sans rouspéter. 

Pareille combinaison de puissance et d'agilité dans un véhicule de la sorte défie l'entendement. Or, le BMW X6 xDrive50i 2015 est loin d'être parfait. Dans l'ensemble, sa conduite a quelque chose de très détaché et d'artificiel. Je fais surtout référence à sa direction plutôt engourdie, bien que précise, qui est davantage digne d'une berline de luxe que d'une voiture sport.   

Un cocon de cuir, ce X6!
Le constructeur bavarois sait comment travailler le cuir. L’habitacle entier du BMW X6 xDrive50i 2015 en est garni et le résultat est merveilleux. Le tableau de bord, terriblement simple, ne présente rien de plus que ce dont on a besoin. Oui, les commandes sont petites, mais grâce à la molette du système iDrive, il suffit d'une rotation et d'un clic pour accéder à quasiment toutes les fonctions du X6. Les cadrans s'adaptent au mode choisi et ont le don d'afficher une foule d'informations utiles, mais ce que j'aime surtout, c'est qu'ils rappellent les vieux cadrans de BMW.

Les sièges du BMW X6 xDrive50i 2015 sont très accueillants et confortables, mais pas assez enveloppants : ça se voit qu'ils ont été conçus davantage pour des conducteurs américains. Quant au coffre du X6, il s'avère relativement pratique. Par contre, celui du BMW X5 bénéficie d'un hayon moins incliné qui augmente considérablement les chances de pouvoir charger des objets de plus grosse taille.

Une gueule d'intimidateur
Malgré ce que je pense du design extérieur du BMW X6 2015, les consommateurs en redemandent. En effet, de plus en plus de multisegments aux allures de coupé arrivent sur le marché. J'imagine que je vais finir par m'y habituer...

L'année-modèle 2015 marque l'ajout de quelques retouches esthétiques qui, je dois l'avouer, adoucissent la gueule d'intimidateur du X6. Cela dit, un exemplaire xDrive50i de couleur Noir carbone avec l'ensemble M Sport et des jantes noires de 20 pouces fait vraiment dur à cuire.

Pourquoi pas un X5 au lieu du X6?
À 68 890 $, le BMW X6 xDrive35i de base pourrait être qualifié d'accessible, mais je ne me verrais pas en acheter un quand Porsche offre le Macan. Bien que ce dernier soit plus petit, il n'en est pas moins convivial. Si vous tenez à BMW, il y a bien sûr le X5, qui offre plus d'espace utilitaire.

Le BMW X6 xDrive50i 2015 se vend quant à lui à partir de 83 190 $. Mon modèle d'essai, avec toutes ses options, frôlait dangereusement les 6 chiffres. Encore une fois, le X5 m'apparaît comme une meilleure solution. N'oublions pas d'autres alternatives comme le Porsche Cayenne, le Range Rover Sport, les Mercedes-Benz ML et GL ainsi que le Cadillac Escalade. 

Mon conseil : ne vous laissez pas intimider par le X6. Optez plutôt pour le X5.

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
100%
BMW X6 2015
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler

Sommaire de l'évaluation

    BMW X6 xDrive50i 2015
    BMW X6 xDrive50i 2015
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler