Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Cadillac CTS 3.6L Haut de gamme à TI 2016 : essai routier

Cadillac CTS 3.6L Haut de gamme à TI 2016 : essai routier

La CTS brille dans la chaude lutte des berlines intermédiaires de luxe Par ,

Vous vous demandez encore si Cadillac a ce qu’il faut pour tenir tête aux Allemandes? Regardez sa CTS. Même ceux qui prêchent déjà pour une autre marque de luxe sont forcés de la respecter.

Chaque fois que j’en ai essayé une, elle m’a impressionné. Il y a eu d’abord une CTS VSport 2014 axée sur la performance, ensuite une CTS 3.6L 2015 à traction intégrale et plus récemment une CTS 3.6L Haut de gamme 2016, également à traction intégrale. Bien que ces 2 dernières se ressemblent beaucoup, plusieurs améliorations justifiaient un nouvel essai cette année.

Design extérieur et intérieur
Hormis les jantes redessinées, rien ne permet de distinguer la nouvelle Cadillac CTS 2016 du modèle précédent. Les designers avaient déjà épuré le contour de la calandre et apposé le nouvel emblème de Cadillac l’an dernier, de sorte qu’ils n’avaient pas besoin d’en faire plus pour 2016. Les jolis feux de jour à DEL disposés à la verticale lui donnent du caractère, tandis que la forme de la partie arrière est vraiment unique. Les poignées de portes illuminées de mon exemplaire étaient de petits bijoux, elles aussi ― une touche de style qui se démarque de l’ensemble de la concurrence.

À l’intérieur, on peut dire qu’une Cadillac CTS 2016 bien équipée a le sens du spectacle. Premièrement, on retrouve du cuir et du suède dont la finition et l’assemblage reflètent un très grand souci du détail. Il y en a sur presque toutes les surfaces, incluant le bas du tableau de bord, le coffre à gants, les côtés de la console centrale, toute la face visible des portières et même un peu de celle qu’on ne voit pas une fois qu’on les referme.

De belles garnitures en chrome foncé et d’autres en bois d’orme naturel agrémentaient le décor de mon modèle d’essai. J’ai bien aimé également le plastique noir lustré, surtout sur le volant et le bloc central où des commandes tactiles renforçaient l’impression de qualité. Cadillac a même installé un couvercle en cuir qui s’ouvre et se referme électriquement au-dessus des porte-gobelets. Sérieusement, très peu de compétiteurs font mieux.

Tout n’était pas rose, cependant. Je ne raffole pas de la couleur Brun Kona (caramel) pour la sellerie de cuir, aussi somptueuse soit-elle, car elle me rappelle le revêtement bon marché des chaises de cuisine et des mallettes de vieux monsieur quand j’étais gamin. Je préfère le noir, le beige, le crème ou un brun différent, mais bon, tous les goûts sont dans la nature.

Ergonomiquement  parlant, la Cadillac CTS est parfaite. Le siège du conducteur avec multiples réglages électriques et mémoire de position ainsi que la colonne de direction à réglage électrique favorisent une position de conduite confortable, tandis que les cadrans et affichages derrière le volant savent en mettre plein la vue. Leur couleur et leur design changent en fonction du mode de conduite choisi (bleu pour Tourisme et Neige/Glace; rouge pour Sport) et différentes images apparaissent en compagnie d’informations variées (météo, consommation d’essence, etc.).

L’écran de 8 pouces du système d’infodivertissement CUE de Cadillac épate par son infographie aux riches couleurs et à grand contraste. Il peut même détecter les mouvements de la main. L’image de la caméra à 360 degrés s’y affiche pour faciliter grandement les manœuvres de stationnement. N’oublions pas l’ajout d’Apple CarPlay et d’Android Auto qui rend l’intégration des téléphones intelligents encore plus conviviale. Il y a bien sûr le système OnStar 4G LTE avec accès à Internet sans fil, tandis que mon exemplaire bénéficiait d’un GPS précis, d’une fonction de message texte pratique et d’une chaîne audio Bose optionnelle livrant un son fantastique.

Performance
Une boîte automatique à 8 rapports se retrouve désormais dans toutes les Cadillac CTS 2016, qu’elles renferment le moteur de base turbocompressé à 4 cylindres, le V6 de 3,6 litres ou encore le puissant V6 biturbo de 3,6 litres. J’ai essayé le second, qui développe 321 chevaux et 275 livres-pied de couple, et je dois dire que la nouvelle boîte rend la performance beaucoup plus intéressante qu’avec l’ancienne automatique à 6 rapports. En mode Sport, les changements de rapport sont plus rapides, mais toujours très fluides, et davantage collés à la zone de régime optimale du moteur (4 800 à 6 800 tours/minute). Ce mode améliore aussi la réponse de l’accélérateur et raffermit la suspension pour faire de cette berline déjà agile une athlète de classe mondiale.

La CTS est l’une des voitures les plus légères de sa catégorie; ajoutez à cela une suspension sport bien calibrée et vous obtenez un calme et une maîtrise sur la route qui sauront contenter les plus fervents amateurs de berlines allemandes, quoique le roulement soit très ferme. On peut sentir toutes les imperfections dans la chaussée et les plus grosses bosses font souvent cogner la suspension. N’empêche, j’ai adoré conduire cette voiture. La CTS 3.6L nous supplie de la pousser plus à fond, elle qui décolle avec beaucoup d’entrain, qui produit un son génial au fur et à mesure que le régime augmente et qui fait preuve d’une tenue de route phénoménale. Par surcroît, elle nous permet de passer du bon temps sur l’autoroute.

La Cadillac CTS 2016 ne manque pas d’outils pour sauver de l’essence non plus. Outre ladite boîte à 8 rapports qui diminue à elle seule la consommation de 5 %, il y a une fonction d’arrêt/redémarrage du moteur, un système de cylindrée variable qui désactive la moitié des cylindres quand leur apport n’est pas nécessaire, de même qu’un indicateur de consommation en temps réel. La version 3.6L à rouage intégral brûle donc en moyenne 11 L/100 km, ce qui est impressionnant. Le même moteur jumelé à une propulsion affiche un rendement de 10,7 L/100 km. Bien entendu, le moteur turbo à 4 cylindres de 2,0 litres fait mieux à ce chapitre, soit 9,9 L/100 km avec une propulsion ou 10,6 L/100 km avec une traction intégrale, tout en libérant une puissance considérable de 272 chevaux et un couple de 295 livres-pied. En prime, de l’essence ordinaire suffit, ce qui réduit la facture à la pompe d’environ 10 %. 

Équipement… et un gros reproche
Au menu de cette CTS : des phares à haute intensité qui pivotent dans les courbes, se nivellent automatiquement et contrôlent eux-mêmes leurs feux de route, des essuie-glaces automatiques, une caméra de recul, des rétroviseurs latéraux chauffants (celui du conducteur s’obscurcit automatiquement sur la route et projette un éclairage sur le sol quand on approche la voiture), un accès sans clé, un bouton de démarrage, un volant gainé de cuir et chauffant avec palettes de changement de rapport, un ouvre-porte de garage, le système CUE ainsi qu’une banquette arrière spacieuse et confortable dont le dossier rabattable 60/40 comprend aussi une trappe pour maximiser la capacité du volumineux offre.

Normalement offerte à partir de 70 365 $, la CTS 3.6L Haut de gamme à traction intégrale que j’ai testée possédait également une calandre exclusive, un bloc de cadrans reconfigurable de 12,3 pouces, des pédales en aluminium, des sièges avant à 20 réglages électriques (incluant pour les renforts latéraux) et assises ventilées, une riche sellerie de cuir, des jantes de 19 pouces et plus encore.

La sécurité était assurée par un système de freinage automatique en marche avant et arrière, un siège du conducteur avec alerte de sécurité (qui vibre à gauche ou à droite dépendamment des dangers), un dispositif de surveillance des angles morts, un avertisseur de sortie de voie, un système qui nous aide à rester dans notre voie, une alerte de collision avant, une autre qui nous avertit de la circulation transversale à l’arrière, de même que l’arsenal habituel de coussins gonflables bonifié de coussins pour les genoux des occupants avant et le thorax des occupants arrière. Notez que la voiture a obtenu une note de 5 étoiles lors des tests de collisions de la NHTSA aux États-Unis. 

Cette évaluation de la Cadillac CTS n’est pas que positive, je dois vous avertir. En effet, le beau toit ouvrant panoramique n’a pas arrêté de craquer et de se lamenter durant ma semaine d’essai. Pas de fuite d’eau, heureusement, mais rien pour inspirer confiance. C’est bizarre, parce que cette berline paraît extrêmement solide quand on la lance dans des virages à haute vitesse. Cadillac devrait remédier à la situation sans plus tarder.

Mon verdict
Sans être parfaite, la Cadillac CTS 2016 mise sur un superbe design extérieur et intérieur, une excellente qualité de matériaux et de finition, un assortiment impressionnant de commodités de série et optionnelles ainsi qu’une performance remarquable pour occuper une place de choix dans le segment des berlines intermédiaires de luxe. Ses plus récentes améliorations mécaniques et technologiques l’élèvent encore plus près du sommet.

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
77%
Cadillac CTS 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Cadillac CTS 2016
Cadillac CTS 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :K.Tuggay
Phots de la Cadillac CTS 3.6L Premium AWD 2016