Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Cadillac DeVille décapotable 1967 : essai routier

Cadillac DeVille décapotable 1967 : essai routier

La DeVille sans toit Par ,

La main gauche sur le volant, le bras sur les épaules de ma blonde (elle se colle sur moi parce que j'ai une banquette), le toit baissé et l'envie d'une balade en ville. N'est-ce pas romantique? Je veux dire, pour l'amateur de voitures en vous?

Cadillac DeVille décapotable 1967 vue 3/4 arrière
Cette Caddy appartient plus précisément à mon oncle Robert et je l'ai récemment conduite pour assister à un salon de voitures classiques. (Photo: Mathieu St-Pierre/Auto123.com)

Ah! la belle époque où l'essence coûtait seulement 35 sous le gallon, un combo hamburger-frites se vendait à moins de 45 sous et le port des ceintures de sécurité restait facultatif. Pour rendre la vie encore plus belle, il y avait Cadillac – n'importe quelle Cadillac. En regardant la galerie de photos, vous comprendrez très facilement pourquoi.

La DeVille décapotable 1967 fait partie de ma famille. Je considère que toutes mes voitures méritent de l'amour et de l'attention; plus elles sont longues, plus je les aime! Cette Caddy appartient plus précisément à mon oncle Robert et je l'ai récemment conduite pour assister à un salon de voitures classiques. Quelle promenade mémorable! J'avais déjà essayé la Deville à quelques reprises, mais jamais dans le cadre d'une grande virée.

En recevant les clés, j'ai perdu un peu la tête. Mon oncle et moi avions planifié notre sortie la veille et j'étais hyper excité à l'idée de prendre la route au volant de sa splendide Américaine. Puis, je suis revenu sur terre et la nervosité s'est emparée de moi – plus que lors de mon essai de la Porsche 356 en Californie l'été dernier.

Après quelques coups de gaz pour alimenter les carburateurs Rochester Quadrajet, je me suis élancé. Premier constat : le volant surdimensionné mais à la jante ultra mince devait être relié à la borne-fontaine de l'autre côté de la rue, car 13 tours ont été nécessaires pour sortir de la cour. Dans le temps, la grosse mode était de tourner le volant d'un seul doigt, mais sans arrêt.

Deuxième constat : une pression trop généreuse sur la pédale d'accélérateur donne l'impression que le nez de la voiture se disloque sous la force des 340 chevaux du moteur V8. Bien que la décapotable longue de 224 pouces affiche un poids supérieur à 4500 livres (2041 kilos), une légère sollicitation parvient aisément à faire crisser les pneus arrière. Je me suis donc calmé et dirigé vers la bretelle d'autoroute la plus près. J'adorais la sensation de la voiture et j'avais fière allure aux commandes.

Cadillac DeVille décapotable 1967 moteur
Une pression trop généreuse sur la pédale d'accélérateur donne l'impression que le nez de la voiture se disloque sous la force des 340 chevaux du moteur V8. (Photo: Mathieu St-Pierre/Auto123.com)