Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

CHEVROLET SILVERADO : L'ERREUR EST CORRIGÉE

CHEVROLET SILVERADO : L'ERREUR EST CORRIGÉE

Par ,

Depuis l'arrivée des nouvelles camionnettes Chevrolet Silverado et GMC Sierra 1999 sur le marché, ces deux modèles sont tellement populaires que GM a beaucoup de difficulté à répondre à la demande.

Même si certains ont critiqué la présentation extérieure plutôt conservatrice, ce tandem jouissait d'une très forte popularité malgré le fait que la cabine allongée ne pouvait être livrée en configuration quatre portes, comme c'était le cas des Ford et des Dodge. C'était aussi très dommage étant donné que la cabine de la Silverado et de la Ciera étaient les plus grandes et les plus confortables.

Bien heureusement, l'erreur a été corrigée puisqu'il est dorénavant possible de commander un modèle à cabine allongée quatre portes. Pour le reste, tout est sensiblement pareil. La rigidité de la cabine n'est pas affectée par la présence de cette portière supplémentaire, tandis qu'il est fort agréable de pouvoir accéder à la banquette arrière des deux côtés du véhicule. Il serait aussi plus agréable si les ingénieurs de GM en avaient profité pour doter ces panneaux d'accès de poignées d'ouverture extérieures au lieu de ce levier planqué entre les deux portes latérales.

Lors de la conduite, il est facile de vérifier l'efficacité du châssis. De type échelle, ce châssis, qui est l'un des plus sophistiqué sur le marché, comporte trois éléments distincts. La partie avant est faite de poutres fermées produites par pression hydraulique qui les rend légères et très résistantes à la torsion. Le centre du châssis doit supporter le poids de la caisse et se veut le plus robuste.

C'est pourquoi des poutres en forme de « C » sont utilisées. Enfin, des longerons ouverts se retrouvent à l'arrière afin de permettre une certaine torsion et pour obtenir plus de confort provenant de la suspension.

De plus, des renforts transversaux tubulaires assurent une très bonne rigidité. Aussi, la présence de freins à disques aux quatre roues est un autre élément important qu'il ne faut pas oublier. Cette fois, le moteur qui équipait mon véhicule d'essai est le Vortec V8 5,3 litres dont la puissance est maintenant de 285 chevaux. Avec une telle cavalerie sous le capot, les accélérations et les reprises sont dignes de mention.

Si les camionnettes sont si populaires de nos jours, c'est en grande partie en raison de leur confort accru. À ce chapitre, elles ont connu une progression quasiment algébrique au cours des dernières années et le Silverado est parmi les plus confortables et les plus agréables à conduire. En fait, on a pratiquement l'impression de piloter une grosse Berline tant le confort de la suspension et l'insonorisation de la cabine sont dignes de mention. Même sur mauvaise route, la suspension arrière se comporte de façon honnête alors que les sautillements de l'essieu sont bien bridés. Le seul défaut majeur est le sous-virage assez prononcé de la version 4x4. Pour le reste, on a de la difficulté à trouver à redire.

En conclusion, l'arrivée d'une quatrième portière sur la Silverado à cabine allongée vient parachever le travail amorcé à la fin de 1998. Dorénavant, on pourra se concentrer sur les modèles « Heavy Duty » dont le moteur V8 Duramax qui possède une réputation enviable même s'il n'est pas encore commercialisé. Ça promet !

Feux verts
Feux rouges
  • Gamme de moteurs V8 intéressante
  • Système 4x4 efficace et simple
  • Plate-forme très rigide
  • Habitacle confortable
  • Cabine allongée 4 portes
  • Présentation extérieure conservatrice
  • Jet de lave-glace monté sur balais d'essuie glace
  • Banquette arrière pourrait être de type 60/40
  • Moteur V6 un peu juste
Gallerie de l'article