Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Chrysler Crossfire 2004

Chrysler Crossfire 2004

Un heureux métissage germano-américain Par ,

Un heureux métissage germano-américain

Fruit de l'union de Chrysler et Mercedes-Benz, la Crossfire pose dignement affichant ses airs de noblesse et son bagage européen. Mais la belle métisse biplace n'a rien a envié à ses demie-soeurs germaniques, puisque celle-ci bénéficie de leurs plus beaux atours technologiques. Allemande dans les tripes, son capot sculptural devancé par une calandre distinctive nous signalent son appartenance à la famille Chrysler. Ce séduisant coupé sport jouit d'un raffinement sans pareil, tant du point de vue mécanique qu'esthétique Son entrée dans la gamme du constructeur américain ira-t-il jusqu'à conquérir les acheteurs qui ne jurent que par les produits européens?

Ses racines germaniques proviennent de la Mercedes-Benz SLK, à laquelle elle a emprunté sa plate-forme et son groupe propulseur. Ces composantes, dans un ensemble parfaitement équilibré et solidement assemblé, lui confèrent des qualités dynamiques de sa parente en termes de performance et de comportement routier. De plus, pour rehausser sa stabilité, les concepteurs ont intégré aux lignes de la carrosserie un aileron arrière qui se déploie automatiquement lorsque le véhicule atteint une vitesse de 92 km/h. Celui-ci se rétracte à 56 km/h. On peut également l'actionner grâce à un bouton de contrôle logé sur la planche de bord.

Et de cette première véritable association entre les branches américaines et germaniques de DaimlerChrysler, résulte un produit tout à fait unique dans la gamme.Animée d'un moteur V6 de 3,2 litres à 18 soupapes, le même que la SLK, la légère Crossfire affiche une cavalerie de 215 chevaux. Les vrais amateurs de conduite sportive choisiront la boîte de vitesse manuelle à 6 rapports tandis que ceux qui préfèrent se laisser au rythme de la plaisante sonorité de l'échappement double central pourront opter pour la transmission automatique à 5 rapports contrôlée électroniquement assortie à l'AutoStick. Ce dispositif offre la possibilité au conducteur de passer au mode manuel sans embrayage quand l'envie lui prend de participer plus activement à la conduite. La précision de sa direction assistée à billes combinée au poids du volant et au travail des suspensions indépendantes lui assurent une tenue de route ferme et un roulement digne de son allure fougueuse.