Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Dodge Durango Citadel 2012 : essai routier

Dodge Durango Citadel 2012 : essai routier

Une superbe brute Par ,

La troisième génération du plus gros transporteur familial de Dogde, le Durango, c’est du vrai bonbon! Non seulement parait-il plus distingué que jamais, mais il offre plus de puissance et de commodités que ses prédécesseurs. Voici un VUS qui fait jaser. Beau, gros et musclé, comme la plupart des utilitaires américains, il représente un de meilleurs rapports qualité-prix du segment.

Superbe, même pour sept personnes
Le meilleur dans tout ça? Le nouveau Durango repose sur la même plateforme que le dernier Jeep Grand Cherokee. Silencieux et robuste parce que Dodge n’a pas conçu cette plateforme pour une berline familiale dans un premier temps, pour ensuite l’adapter à un 4x4. On n’a pas affaire à un multisegment qui donne l’impression qu’il va s’effondrer en gémissant de toute son armature quand les choses se corsent!

Vous cherchez une machine aussi inébranlable sur toute surface qu’une camionnette? Je vous présente le Durango.

On y trouve même un véritable système 4x4 avec gamme basse : vous pourrez plonger dans une mare de boue ou remorquer votre bateau au quai sans hésiter. Pour l’activer, il suffit de tourner la molette située sur la console centrale à « LOW ». Le système fonctionne en mode 4x4 automatique par défaut, pour une adhérence parfaite sur presque toute surface. Par contre, il n’y a pas de réglage à deux roues motrices.

Et avec de l’espace pour sept personnes, vous logerez toute la famille. Il vaut mieux réserver la rangée arrière, escamotable, aux petits passagers. Par ailleurs, tous les sièges arrière se rabattent. Dodge n’a pas oublié non plus d’inclure une toile dans le coffre pour cacher vos effets aux regards indiscrets. Vous y trouverz également une lampe de poche à DEL autochargeable.

Un habitacle bondé
Chrome et similibois agrémentaient l’intérieur presque tout noir de mon modèle, lui donnant un petit air techno. J’ai bien aimé l’ambiance simple, sombre et ciblée… mais plusieurs de mes passagers trouvaient l’habitacle maussade. L’un deux l’a même comparé à l’Étoile de la Mort…

Par contre, Il n’y a rien de funéraire au niveau des commodités. En effet, mon Durango Citadel haut de gamme était équipé d’un démarreur avec bouton-poussoir, d’un ordinateur de bord, d’un volant chauffant, de sièges en cuir électriques, chauffés, ventilés et à mémorisation ainsi que d’un système infoloisirs complet avec navigateur. Vous trouverez également une prise USB , plusieurs prises électriques, dont une prise domestique, des sièges arrière chauffants et un lecteur DVD escamotable auquel on peut brancher son Xbox!

Avec sa gamme complète de fonctions automatiques, le Durango nous invite à prendre nos aises. Les phares au xénon et les feux de route sont, naturellement, automatiques. Le régulateur de vitesse ralentit ou éperonne le Durango automatiquement en fonction des conditions de circulation. (Le même capteur qu’utilise ce système peut sonner l’alerte si vous vous apprêtez à emboutir quelqu’un.) Le climatiseur? Automatique. Les essuie-glace? Automatiques bien sûr!. Peu importe les conditions routières, le conducteur du Durango Citadel 2012 profitera de sa randonnée en toute confiance, même si Dame Nature fait des siennes.

Puissance à la sauce Hemi
C’est la dernière version du V8 Hemi de 5,7 litres de Chrysler, avec ses 360 ch qui motive bien le Durango, sans plaquer les passagers contre leur siège. Ce moteur « All American » travaille silencieusement et en douceur, et il remorquera vos charges supplémentaires avec tout autant d’aisance.

Comme je m’y attendais, après une semaine de décembre bien froide et de nombreux démarrages à distance, j’ai noté une consommation moyenne de 16,5 L/100 km. S’il ne vous faut pas absolument le gros huit, sachez que le Durango de série est équipé d’un V6 de 290 ch.

L’autre côté de la médaille
Des reproches? L’écran du système infoloisirs et de navigation est désuet, le dégagement pour la tête est étonnamment limité vu la taille du Durango et le paresseux rapport de réduction de la direction vous forcera à braquer allègrement le volant pour vous sortir d’espaces restreints.

Au bout du compte, l’attrait principal du Durango réside dans son look, la qualité de son expérience de conduite, son V8 optionnel et sa généreuse liste d’équipement. Le Durango fait mouche au chapitre du style, du confort et de la puissance, et en prime il ne présente aucun défaut flagrant.

Si vous explorez ce marché, jetez aussi un coup d’œil sur l’Acura MDX, le Jeep Grand Cherokee et le Ford Explorer.

Il faut prévoir environ 38 000 $ pour le modèle de base.

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Dodge Durango 2012
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler

Sommaire de l'évaluation

    Dodge Durango Citadel 2012
    Dodge Durango Citadel 2012
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler
    Gallerie de l'article