Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai : Chrysler Aspen Limited 2007

Essai : Chrysler Aspen Limited 2007

Par ,

Un premier utilitaire pour Chrysler

Quand Chrysler a finalement décidé de rejoindre le bal des gros véhicules utilitaires, ce n'était pas en pensant au Canada. Bien au contraire en fait, puisque le constructeur américain visait définitivement le marché de l'oncle Sam bien avant nous, « pôvres » canadiens. L'Aspen, qui n'est somme toute qu'une version endimanchée du Dodge Durango, avait une mission bien particulière : garder dans le giron Chrysler le consommateur déjà habitué à la famille.

L'Aspen est le premier VUS de la marque Chrysler.

Il faut dire que chez nos voisins du sud, les bannières Dodge et Chrysler sont fortement dissociées, ce qui n'est pas le cas ici. Il fallait donc s'assurer d'offrir une gamme complète dans toutes les catégories de véhicules et, chose étrange, le segment des utilitaires sports n'avait pas encore été couvert par Chrysler. On a donc lancé le premier véritable utilitaire de la famille Chrysler, en espérant qu'il pourra aussi répondre à quelques besoins canadiens au passage.

Réglons la chose tout de suite. Bien que le Chrysler Aspen et le Dodge Durango soient deux frères, on ne peut vraiment parler de vrais jumeaux. Disons que pour assurer une certaine indépendance à chaque marque et tenter de rentabiliser l'investissement du développement du Aspen même sur des marchés déjà bien couverts par le Durango, il fallait trouver des nuances.

On a, par exemple, modifié les supports de moteur et de cabine (puisqu'il s'agit d'un véritable camion, le tout n'est pas monocoque, mais plutôt à échelle et à longerons), pour limiter les vibrations et les bruits de roulement.

Un look différent
Quand on a créé l'Aspen, on voulait confirmer son appartenance à la famille Chrysler. Inspiré d'un ancien prototype baptisé Cronos, l'Aspen peut toutefois compter sur une calandre massive, directement inspirée du reste de la famille Chrysler. Les lignes du capot ne sont pas sans rappeler celles utilisées sur la Crossfire et sur la récente Sebring. Notons, pour la forme, que ce capot est d'une lourdeur impressionnante. Il faut être bâti aussi solide que le camion pour accéder facilement au compartiment moteur sans risquer de se blesser. Un risque encore plus grand quand, comme moi, on est de taille disons plus réduite, ce qui oblige à travailler sur la pointe des pieds.

L'imposante grille signée Chrysler.