Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai du Ford EcoSport 2018

En tant qu’apprentie journaliste automobile, j’ai dû me conditionner mentalement avant de faire l’essai du Ford EcoSport 2018. Parce que c’est un véhicule construit pour les déplacements urbains, point. Ayant essayé d’autres VUS plus puissants et de plus gros formats de la gamme Ford lors d’essais précédents, il a fallu que je prenne le temps de reprogrammer mon cerveau au volant du micro VUS que j’ai conduit cette semaine. Dans l’exploration de la gamme de VUS Ford… l’EcoSport est un incontournable vu la tendance du marché pour les petits VUS de ville, mais est aussi vraiment différent de ses grands frères côté performances, finition intérieure et comportement sur la route.

L’EcoSport n’est pas tout à fait nouveau, le fait est qu’il existe ailleurs dans le monde depuis 2012. Ford a saisi l’opportunité de la demande grandissante du marché en Amérique du Nord dans le segment primé des micros-VUS pour ajouter lui aussi un produit de sa gamme.

Ses principaux rivaux ici au Canada sont les Chevrolet Trax, Jeep Renegade, Mazda CX-3, Nissan Kicks, Hyundai Kona et Honda HR-V. L’EcoSport n’a selon moi rien de vraiment plus intéressant que les autres de sa catégorie, mis à part le rouage à quatre roues motrices disponible sur certaines versions. Et voilà qu’il est important de souligner que le choix du rouage décidera du moteur que vous aurez sous le capot. En effet, les modèles à traction ne sont disponibles qu’avec le moteur 3 cylindres de 1,0L turbo. Pour accéder au quatre roues motrices, Ford impose le moteur 4 cylindres de 2,0L atmosphérique. Peut-importe le choix du moteur, c’est une boite automatique à 6 rapports qui assure les changements de vitesses.

Je le répète, ce véhicule utilitaire est destiné aux conducteurs de ville. Vraiment pas fait pour les longues distances ou pour l’autoroute. Ma moyenne de consommation au volant de l’EcoSport SES (avec le moteur 2.0L), majoritairement sur les grandes artères qui relient la campagne à la ville de Montréal ne m’a pas plu du tout. Au bout de 7 jours de route, j’ai pu observer une moyenne désastreuse de 9,3L/100km. Ark ! Pour un utilitaire de poche, cette donnée m’a énormément déçue. Et le système Start and Go ne semble pas faire économiser de carburant, heureusement on peut le désactiver manuellement puisqu’il s’avère inutile sur ce type de trajet.

Outre la consommation, la puissance n’est vraiment pas au rendez-vous. Même si je m’était conditionnée mentalement à y faire face, convaincue que le « gros moteur » de mon modèle d’essai allait quand même faire la job, j’ai tout de même presque eu peur des entrées d’autoroutes, me sentant incapable d’atteindre une vitesse adéquate pour m’immiscer parmi les véhicules en circulation, imaginez un dépassement, encore pire. Je suis sans mots pour le moteur 1,0L… ce n’est surement pas suffisant pour un véhicule de ce gabarit, même si lui au moins devrait faire baisser la consommation de carburant ! Mais bon, c’est bien pour ça que le fabricant fait la promotion de son EcoSport comme un véhicule urbain non ! Pour des déplacements lents, pas trop loin et dans le trafic.

L’EcoSport est construit sur la même base que la Ford Fiesta, ce qui vous donne une idée de l’habitabilité, quoi qu’on se sente quand même au volant d’un VUS de plus grande taille quand on le conduit, Ford a bien réussi à ce niveau. Il y a de la place pour 2 enfants à l’arrière, petits de préférence, mais si il y a beaucoup de cargo à transporter, ça peut devenir difficile. C’est disons, suffisant pour aller faire les courses hebdomadaires en famille, mais sans plus… Cela-dit, les matériaux utilisés ne sont pas d’une qualité à souligner. Il y a beaucoup de plastique rigide dans l’habitacle. Les sièges sont cependant confortables.

Un truc un peu bizare, c’est la porte du coffre à l’arrière. Au lieu de s’ouvrir de bas en haut, elle s’ouvre de droite à gauche ! Imaginez-vous en stationnement parallèle en ville, entre 2 autres voitures, il vous sera carrément impossible d’utiliser le coffre parce que la porte ne pourra pas s’ouvrir ! Bon sens ! Pour un VUS conçu pour la ville, Ford s’est planté sur ce détail !

Mais… il n’y a pas que du mauvais dans ce micro-VUS. La visibilité est bonne, le toit ouvrant est sympathique, l’excellent système Sync 3 se manie facilement et envoie des informations claires, la caméra de recul a une résolution incroyable, le panneau de contrôle de la température est convivial, et la conduite, sans demander trop de puissance au moteur, est franchement bien. L’EcoSport est facile à manier, réactif et offre une bonne tenue de route, quoi qu’au niveau de la suspension, on ressent quand même un peu trop les imperfections de la route sous les roues.

Enfin bref, je n’ai rien trouvé d’exceptionnel à ce véhicule. Ford devra peaufiner encore un peu son produit pour conquérir le cœur des Nord-Américains. Car on pourrait penser que la stratégie de Ford avec son EcoSport se trouve au niveau de l’offre, mais non, même pas ! Il affiche une fourchette de prix quand même élevée pour son segment !