Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai: Honda Pilot EX-L NAVI 2006

Essai: Honda Pilot EX-L NAVI 2006

Le gentil géant Par ,

Le gentil géant

Dans un monde dominé par l'offre d'utilitaires sport et une demande à la baisse, les consommateurs à la recherche de ce genre de véhicules ont un nombre impressionnant de solutions de rechange à prix similaires. Il semble que plus le temps passe, plus le prix du baril de pétrole augmente, et plus les fabricants de VUS en ressentent les contrecoups.

Alors que certains constructeurs vivent des gros véhicules, Honda a attendu jusqu'en 2003 pour lancer le plus grand modèle de son histoire, le Pilot. Cette année, ses dirigeants ont vu la nécessité de le renouveler pour qu'il demeure le plus moderne possible devant une concurrence très féroce. Commercialisé en tant que véhicule puissant et aventurier, le Pilot a démontré qu'il peut transporter sans problème une famille et ses bagages. Avis à ceux qui ont horreur des minifourgonnettes.

La version de base LX se vend à partir de 39 400 $, tandis que la version supérieure EX-L Navi coûte 47 300 $. J'ai d'ailleurs fait l'essai de cette dernière.

Esthétique


Le design extérieur du Pilot est à l'image de pas mal tous les autres produits Honda, excepté la S2000 (bientôt abandonnée). Il est expressément simple et épuré. Agréable dans sa simplicité, il cache toutefois difficilement le fait qu'il partage sa plateforme avec la minifourgonnette [link artid="31491"]Odyssey[/link]. Ses ailes discrètes et sa tenue de gentilhomme trahissent en quelque sorte son côté performant et robuste.
Pour 2006, le Pilot a reçu une nouvelle calandre et de nouveaux phares qui ne manquent pas de créer un lien familial avec la camionnette Ridgeline. Ses lignes légèrement plus dynamiques lui confèrent par surcroît un physique moins rondelet et plus découpé. Parmi les autres changements, soulignons les feux arrière redessinés et les nouvelles roues en alliage.

L'habitacle est énorme. Le fait qu'il soit doté de série d'une troisième rangée de sièges est une preuve supplémentaire de ses racines de minifourgonnette. Il va sans dire que les occupants des deux premières rangées bénéficient de beaucoup d'espace pour les coudes, les jambes et la tête. Les trois passagers assis complètement à l'arrière (sur un total de huit) ont moins de chance; ceux des places latérales pourront respirer, mais celui du milieu risque de trouver le temps long...

Par ailleurs, le tableau de bord est assez bien conçu. La partie centrale ressemble en fait à une version surdimensionnée du bloc central de l'Acura RL. L'aménagement se veut d'abord et avant tout ergonomique, bien que certains boutons du système de son et du chauffage des sièges soient positionnés tellement bas que le conducteur est obligé de quitter la route des yeux pendant un moment. Les sièges avant sont gigantesques et accommodent pratiquement toutes les silhouettes imaginables. La banquette de deuxième rangée est ferme, mais,
heureusement, son dossier s'incline pour accroître le confort.

Ce que j'apprécie particulièrement du Pilot, c'est sa multitude de compartiments de rangement et de porte-gobelets. La console centrale me fait penser à un Transformer; certaines sections sont coulissantes, d'autres sont amovibles et tout est chapeauté par un accoudoir. En outre, la qualité de l'assemblage est très bonne.