Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai: Mazda RX-8 SE 2006

Essai: Mazda RX-8 SE 2006

Par ,

Vroum... Vroum...

J'ai toujours pensé que les gens qui ont créé ce slogan de marketing étaient des génies. Après tout, il résume parfaitement l'emphase que
Mazda RX-8 2006 (Photo: Kevin ''Crash'' Corrigan)
Mazda place sur le plaisir de conduire et la sportivité, deux attributs que le constructeur semble conférer à tous ses véhicules. C'est d'autant plus vrai avec la Mazda RX-8 2006.

En fait, affirmer que cette voiture est sportive revient à dire que les Beatles ont eu un peu de succès avec leurs chansons. La RX-8 possède vraiment l'un des plus beaux designs sport qui soient compte tenu de son prix.

La façon dont les lignes des ailes s'harmonisent avec les pneus 225/45/18 sur lesquels reposent la RX-8 représente l'art automobile à son meilleur. Il est facile d'employer le mot
Mazda RX-8 2006 (Photo: Kevin ''Crash'' Corrigan)
«sexy» pour décrire cette voiture, qui peut faire tourner les têtes autant que les plus exotiques sur le marché. D'ailleurs, j'irais même jusqu'à dire qu'elle a tout ce qu'il faut pour être une supervoiture d'entrée de gamme.

Bien sûr, il n'y a pas d'autres supervoitures qui se promènent avec un moteur de 1,3 litre. Il faut dire qu'elles n'ont pas la chance de miser sur la réputée technologie de moteur rotatif de Mazda. Au fil des ans, certains manufacturiers ont expérimenté de ce côté mais sans aller plus loin. Mazda a persévéré et produit des véhicules assez impressionnants qui utilisaient ce design alternatif de moteur.

Contrairement à un moteur conventionnel, le moteur rotatif ne possède aucun piston. Il génère plutôt de la puissance via un rotor triangulaire qui tourne dans une chambre elliptique. Ce concept implique beaucoup moins de pièces mobiles et favorise en général un fonctionnement plus doux qu'à l'habitude. Le moteur rotatif peut également atteindre un régime
Mazda RX-8 2006 (Photo: Kevin ''Crash'' Corrigan)
plus élevé; dans le cas de la RX-8, on parle de 9000 tr/min. Ça, c'est impressionnant! Évidemment, il y a un prix à payer: ce type de moteur utilise plus d'huile que les autres et il a tendance à être légèrement assoiffé d'essence (super).

Quelques-uns de mes collègues ont soutenu que la RX-8 manquait un peu de puissance, mais je pense que c'est parce qu'ils ne sont pas habitués. Comme il s'agit d'un nouveau moteur, il faut se familiariser avec ses particularités et son comportement, tout en gardant plus souvent un oeil sur le tachymètre. On a l'habitude de se fier à nos oreilles, mais avec la RX-8, la zone rouge est beaucoup plus élevée qu'on pourrait le croire; il faut donc se servir de
Mazda RX-8 2006 (Photo: Kevin ''Crash'' Corrigan)
tout le régime à notre disposition. De cette façon, et en contrôlant judicieusement la transmission manuelle à six vitesses, la voiture se montre très performante. La fiche technique mentionne que la RX-8 accélère de 0 à 100 km/h en 5,9 secondes, ce qui selon moi n'est pas mal du tout pour une voiture de cette taille et pour un moteur de seulement 1,3 litre. Encore là, je suis impressionné.

Le roulement de la RX-8 est ferme mais en même temps confortable. La tenue de route est extrêmement bonne et le volant offre un agréable feedback de la route, bien que la direction soit assistée. Cette voiture peut négocier les virages aussi bien que les meilleurs bolides; j'oserais même prétendre qu'elle est supérieure à la Mazdaspeed6, que j'ai essayée récemment. Cette dernière est pourtant à traction intégrale, alors que la RX-8 est à propulsion.