Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Ford Explorer EcoBoost 2012 : premières impressions

Ford Explorer EcoBoost 2012 : premières impressions

Par ,

Je vais vous le dire tout de suite : je n’ai jamais vraiment aimé le Ford Explorer. Était-ce le style des modèles précédents qui me rebutait? Ou le fait que lorsque je travaillais comme gérant d’ateliers de carrosserie, j’ai eu le déplaisir distinct de préparer la première édition Eddie Bauer pour ses grands débuts au Salon de Toronto?

Autant je détestais les anciens modèles, autant j’adore celui-ci. (Photo: Ford)

Une vraie révélation pour moi : le constructeur avait de la misère à nous trouver un véhicule qui ne manquait pas une pièce ou une autre! Bien entendu, il s’agissait des années sombres de Ford, dont je suis extrêmement heureux de vous annoncer la fin.

Eh oui, Ford a changé son fusil d’épaule. On la considère maintenant avec respect comme l’entreprise à surveiller, et ses rapports de qualité et de satisfaction à la clientèle font pâlir plusieurs d’envie.

Évidemment, il ne s’agit pas là de la seule source d’envie, comme en témoigne nettement le nouveau Ford Explorer. Autant je détestais les anciens modèles, autant j’adore celui-ci.

Et ne venez pas me dire que vous n’en avez pas lorgné au moins un depuis son lancement! Drapé de la bonne robe, comme la blanche, il ressemble plus à un modèle européen dispendieux qu’un… modèle européen dispendieux! En effet, vu du bon angle, on vous pardonnerait de croire que vous regardez un produit d’un célèbre constructeur britannique de VUS… et ils ne sont pas donnés, ceux-là.

À ce sujet, en tant que technicien formé sur les produits de l’ovale vert, le système quatre-quatre proposé sur le nouvel Explorer ressemble étrangement à certaines technologies que je connais plutôt bien. Je ne peux m’empêcher de penser que Ford s’est tiré de la possession/vente de Land Rover avec un peu plus qu’une simple traite de banque!

Ainsi, l’entreprise détient un VUS de qualité fort d’un look spectaculaire et de technologies plutôt impressionnantes, mais à un moment où les consommateurs remettent l’idée du VUS en question. Est-ce que ce sera assez pour maintenir le succès du véhicule?

Roulement de tambour, svp : Ford s’apprête à épater à nouveau la galerie avec le lancement de l’Explorer EcoBoost et son quatre-cylindres de 2,0 litres.

Vous avez bien lu. Le constructeur vient de farcir son Explorer plutôt volumineux d’un moteur à quatre cylindres de deux litres. Un accès de folie? Peut-être, mais je reviens d’un essai de ce nouveau duo, et je crois qu’il s’agit d’une des stratégies les plus intelligentes jamais pondues par Ford.

Vous ne connaissez pas l’EcoBoost? Permettez-moi de vous illuminer.

EcoBoost représente une famille de moteurs à essence turbos à quatre et six cylindres et à injection directe, destinée à livrer la puissance et le couple de plus grosses cylindrées à aspiration naturelle. Et quand on ajoute un dispositif agressif de coupure des gaz en décélération, la double distribution à variation continue indépendante et une boîte automatique à six rapports efficace, on a ce qu’il faut pour réduire la consommation d’environ 20 %.

Bref, un moteur EcoBoost de 2,0 litres, comme celui offert actuellement sur les Ford Explorer et Edge, livre les performances et les sensations d’un V6 de taille raisonnable tout en brûlant beaucoup moins d’essence.

J’ai préféré l’Explorer EcoBoost au Ford Edge moins imposant et considérablement plus léger doté de la même technologie. (Photo: Ford)