Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Le Ford F-150 Raptor 2017 affronte la neige tel un grizzly

Le Ford F-150 Raptor 2017 affronte la neige tel un grizzly

Toujours aussi bestial hors route; plus confortable et polyvalent sur route Par ,

Il y a des véhicules comme le tout nouveau Ford F-150 Raptor 2017 qui nous font remercier le ciel d’être un maniaque d’automobiles. 

À une époque où 90 % des conférences de presse au Salon de l’auto de Détroit semblent se concentrer sur les voitures connectées et autonomes, il est important de s’accrocher aux modèles phares comme un soldat du grand débarquement à son fusil.

Car même si les voitures à pilotage automatique deviennent nécessaires et inévitables, ça ne veut pas dire que nous devons oublier le plaisir de conduire, n’est-ce pas? 

Ils appartiennent vraiment à la même famille
Il faut regarder de près pour trouver des ressemblances entre le Raptor et les autres camions F-150. Les lentilles de phares sont évidemment similaires, mais avec des ailes aussi enflées de chaque côté, c’est plus dur à voir. Idem pour les feux arrière. Or, ils ont plus de points en commun qu’on le croit à première vue, à commencer par la cabine (disponible en format double ou d’équipe) qui est la même que celle des Ford F-150 et Super Duty.

Ces derniers n’arborent toutefois pas les décalques ni les grosses roues de 19 pouces du Raptor, encore moins les pneus Bridgestone KO2 qui sont le fruit d’une collaboration spéciale entre Ford et Bridgestone visant à les rendre aptes à affronter tous les terrains pour lesquels ce camion est conçu. Des verrous de talon sont aussi offerts en option, pas de l’usine à cause des lois fédérales, mais plutôt chez le concessionnaire. 

Parmi les autres modifications extérieures, notons les embouts d’échappement de 4 pouces (placés en hauteur afin de ne pas affecter l’angle de départ du camion en conduite hors route), le capot agrandi comprenant des prises d’air fonctionnelles de même que la calandre révisée qui intègre des feux de position ambre (requis pour tout véhicule mesurant plus de 6 pieds en largeur). Le battant arrière, lui, propose 2 designs : un avec de petits écussons rappelant les autres modèles F-150 et un second avec le mot « FORD » écrit en grosses lettres carrées, à la manière d’un Tonka. C’est comme ça que je prendrais le mien, car c’est à l’image de la grandeur et de la robustesse du Raptor.

Un poste de conduite familier
À l’intérieur, hormis quelques garnitures optionnelles, le Ford F-150 Raptor 2017 et les autres se ressemblent beaucoup. Les cadrans et le bloc central sont identiques; même le levier de vitesses (monté sur la console seulement, alors qu’on peut l’avoir sur la colonne de direction dans d’autres modèles) ne change pas.

La différence la plus évidente est un choix de couleur éclatant (950 $ à 1 250 $). En effet, le cuir noir des sièges peut être accentué d’un passepoil orange vif, assorti aux différentes garnitures en carbone au fini orangé dans la cabine. J’aime bien, mais mon partenaire d’essai trouvait ça un peu trop criard.

Un autre ajout notable par rapport au F-150 de base est la rangée de commandes auxiliaires au-dessus du rétroviseur. Celles-ci servent à installer toutes sortes d’accessoires et lumières d’appoint.

L’avantage de partager sa cabine avec les autres modèles est qu’on profite des mêmes bons attributs qui rendent le F-150 aussi populaire, dont une position de conduite confortable, des sièges faciles à replier et un dégagement pour les jambes digne d’un VUS pleine grandeur. On est bien sûr assis un peu plus haut à cause des amortisseurs FOX Racing à grand débattement, mais c’est le seul indice. La visibilité extérieure, le positionnement des commandes et les solutions de rangement sont les mêmes.

Ford a ainsi voulu s’assurer que le nouveau F-150 Raptor 2017, aussi performant et coriace soit-il en dehors de la route, puisse servir de véhicule dans la vie de tous les jours. Est-ce bien le cas?

Le Raptor a beaucoup à offrir
En un mot, oui. Plusieurs personnes achètent un Raptor et n’exploiteront jamais plus que 60 % de ses capacités. Ils aiment tout simplement affronter le train-train quotidien dans ce genre de camion. Or, ils devront faire certains compromis — pas beaucoup, certes, mais quelques-uns.

D’abord, le Ford F-150 Raptor 2017 est grand et costaud, avec d’énooooormes pneus, et même si les ingénieurs ont bien travaillé pour contrôler les mouvements du châssis, il y a une limite physique qu’on atteint assez rapidement sur les routes sinueuses. Soumis à une telle épreuve, le camion se montre un peu nerveux et hésitant. 

Embarquer à bord n’est pas une mince tâche non plus. Les marchepieds latéraux fixes inclus de série aident sans contredit, mais le plancher reste quand même haut. À part ça, par contre, le Raptor nous charme comme un vrai véhicule de performance sait le faire.

Le nouveau V6 EcoBoost turbocompressé met à notre disposition une puissance de 450 chevaux et un couple de 510 livres-pied, le tout géré par une boîte automatique à 10 rapports. L’effet se fait tout de suite ressentir — et entendre grâce aux gros embouts d’échappement. Comme si ce n’était pas suffisant, le bruit du moteur est amplifié électroniquement par le biais des haut-parleurs de la cabine.

Ladite boîte automatique est une vraie merveille. On peut bloquer un certain nombre de rapports pour éviter qu’elle passe trop de temps à engager le bon quand on lui met de la pression, par exemple en remorquant ou en montant une côte. Par ailleurs, j’ai beaucoup aimé jouer avec les grosses palettes au volant : en mode manuel, les passages sont ultra rapides, comme dans une bonne voiture sport. La boîte et le moteur travaillent si bien ensemble qu’on veut les exploiter au maximum sur la route, aussi bruyant que ça puisse devenir parfois.

Peu importe le terrain
Le Ford F-150 Raptor 2017 peut compter sur 6 modes de conduite : Normal, Sport, Météo, Boue/sable, Baja (!) et Roches. Ces modes ajustent le système antipatinage, la réponse de l’accélérateur et les paramètres de la boîte de vitesses, ce qui fait que le camion peut se comporter de manière bien différente selon les circonstances. Naturellement, on peut aussi verrouiller les différentiels, le transformer en camion d’accélération ou encore désactiver totalement l’antipatinage.

Nous avons pu l’essayer sur un circuit hors route glacé et enneigé au complexe Mécaglisse, dans les Laurentides. En mode normal (celui où les aides électroniques interviennent le plus), le Raptor s’est montré aussi rassurant et compétent que son look le suggère. Ses pneus Bridgestone KO2 sont incroyables en terrain glissant. La maniabilité est bien sûr favorisée par un système de traction intégrale qui distribue la puissance aux roues qui en feront le meilleur usage, mais aussi par une direction communicative et docile.

Le mode Sport m’a vraiment impressionné. On peut pousser le Raptor à la limite dans ces conditions, par exemple en effectuant de beaux dérapages contrôlés. Normalement, un camion aussi gros ne devrait pas pouvoir se déplacer aussi rapidement dans ce genre de situation.

Quand vient le temps d’affronter les bosses et les trous sur notre chemin, on sait que les amortisseurs du Raptor vont les encaisser sans broncher, peu importe la vitesse à laquelle on roule. Je vous mets au défi de faire talonner la suspension. C’est déjà arrivé l’an dernier lors d’une sortie hors route à 160 km/h au centre de développement du Ford F-150 Raptor, mais ça en prend vraiment beaucoup.

Qu’est-ce que tout ça signifie dans la vie de tous les jours? Eh bien, si vous aimez vous aventurer loin des sentiers battus, vous saurez que le Raptor vous protègera et même plus en tout temps. En fait, même si vous vous limitez à des promenades hivernales au chalet, vous aurez l’esprit tranquille.

Un vrai dur à cuire
Bon, c’est certain que la tranquillité d’esprit n’est pas la raison première d’acheter un tel camion. Le but est surtout de marier une grande performance hors route avec de la polyvalence et du confort sur la route. Le Ford F-150 Raptor demeure un produit spécialisé, évidemment, mais il vise dans le mille et remplit très bien sa mission. 

Est-ce que je m’ennuie du V8? Non, mais plusieurs amateurs risquent de se plaindre. Du moins, au début, car après avoir compris que le V6 EcoBoost est plus léger et plus puissant (donc plus performant et plus économe d’essence), ils se raviseront. Le Raptor se veut toujours aussi bestial, comme son nom l’évoque, et il continue de nous montrer ce qu’il y a de bon dans l’industrie automobile pour les mordus de conduite.

Oui, il offre un régulateur de vitesse adaptatif et un système de maintien dans la voie en option, mais là s’arrête son côté autonome. Hourra! 

 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Ford F-150 2017
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :D.Heyman
Photos du Ford F-150 Raptor 2017