Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai du Ford Mustang Mach-E 2021 : Tout ça pour un nom !

Des protections d’assurance auto
de qualité, à prix avantageux. Obtenez une soumission en ligne dès maintenant.
OBTENEZ UNE
SOUMISSION AUTO

Auto123 met à l’essai le Ford Mustang Mach-E 2021.

Je veux bien être pendu si le Ford Mustang Mach-E n’est pas un des véhicules les plus controversés que nous avons vu ces dernières années. Et tout cela à cause de son nom.

Après tout, « Mustang » est un des vocables les plus anciens et les plus connus du monde automobile. Il a toujours été le synonyme de deux portes, long capot et propulsion. En d’autres termes, il signifie : « pony car ». Peut-être aussi « muscle car ». Mais pas VÉ et encore moins « véhicule utilitaire sport » ou « multisegment » ! Or, voilà justement ce qu’est un Mach-E : c’est un véhicule électrique (VÉ) de la grande catégorie des véhicules utilitaires multisegment (VUM).

Bien entendu, il suffit d’apposer un nom ayant une notoriété aussi grande que Mustang sur n’importe quel produit pour qu’il suscite l’intérêt d’une foule de consommateurs, au risque d’irriter les passionnés avec un grand P.

Ford y avait sûrement longuement réfléchi avant de dévoiler le Mach-E, il y a environ deux ans. Le constructeur a donc choisi de lancer le véhicule qu’on voit ici malgré l’opposition d’une certaine populace.

Shopicar.com, 100% en ligne, magasinez votre voiture, achetez en ligne et on vous livre au Québec!

Ford Mustang Mach-E 2021, profil
Photo : D.Heyman
Ford Mustang Mach-E 2021, profil

Plissez les yeux un peu en regardant ce véhicule à 5 portes et vous retrouverez des éléments de design qui vous ramène à la Mustang, telle que nous l’avons toujours connue. Prenez, par exemple, les feux arrière à triples barres verticales, qui s’allument de manière séquentielle lorsqu’on enclenche les clignotants. Et puis, il y a le capot, plutôt long, les phares en oeil d’aigle comme ceux du coupé sport, le bouclier avant qui adopte une forme familière, sans oublier le logo bien connu de la Mustang qui trône au centre de ce bouclier.

À part cela, il faut admettre que la silhouette de cet utilitaire compact l’assimile bien plus à un Escape tranformé en multisegment qu’à un coupé Mustang. C’est indéniable.

Un coup d’oeil à l’intérieur impose la même conclusion. Il est dominé par un écran tactile de 15 po au centre de la planche de bord, qui réunit l’essentiel des commandes, de la climatisation à l’infodivertissement, en passant par l’état de la batterie et le guidage par satellite. Derrière le volant, un écran numérique fait office de tableau de bord, mais il n’a vraiment rien d’excitant. Oubliez les cadrans circulaires traditionnels et le volant à trois branches de la Mustang. Alors, comment croire qu’on est à bord d’un véhicule qui s’appelle vraiment Mustang ? Par le message d’accueil qui s’affiche sur le petit écran, derrière le volant, et par le logo qu’on aperçoit sur cet écran.

On a beau aduler la Mustang d’antan, il suffit littéralement d’en faire abstraction, ne serait-ce que quelques secondes, pour découvrir un intérieur bien pensé. Très dégagé, il impressionne par toute cette quincaillerie électronique qu’il recèle. De plus, il n’y a ni levier de vitesses gênant ni console centrale encombrante.

Ford Mustang Mach-E 2021, édition California Route 1, intérieur
Photo : D.Heyman
Ford Mustang Mach-E 2021, édition California Route 1, intérieur

Les grandes personnes n’apprécieront guère le dégagement restreint au niveau de la tête à l’arrière, chose que le coussin de la banquette tente d’atténuer en étant très bas. C’est comme dans plusieurs autres VUM de taille similaire d’ailleurs. En revanche, le plancher est dégagé puisqu’il n’a pas de tunnel de transmission, et ce même si notre modèle d’essai avait bel et bien quatre roues motrices.

Ford propose naturellement un Mach-E à deux roues motrices (arrière) et c’est cette version qu’il faut choisir pour bénéficier de l’autonomie la plus importante. Ford lui attribue une autonomie de 370 km, alors que la version à quatre roues motrices que j’ai conduit ne devrait pas dépasser les 340 km. Vous avez bien vu. Évidemment, avec des cotes pareilles, ce Mustang ne peut égaler les performances d’un Tesla Modèle Y; un rival qui, pour le moment, a peu de concurrents offrant une autonomie aussi grande. (À noter, il y également des versions à autonomie accrue ; la variante à quatre roues motrices donne alors 434 km, alors que la version à propulsion livre 483 km d'autonomie. Évidemment, ces variantes sont plus couteuses).

Cela dit, au moment de commencer mon essai, le compteur de mon Mach-E 4RM, qui venait d’être rechargé, affichait 365 km, donc 25 de plus que promis. La mesure de l’autonomie était sans doute influencée à la hausse par la manière de conduire de l’utilisateur qui m’avait précédé. C’était rassurant à voir, même si je savais qu’il me serait possible de recharger ce véhicule à n’importe quelle borne de recharge rapide. L’équipement qu’il faut pour le faire fait partie de sa dotation de série.

Ford Mustang Mach-E 2021, édition California Route 1, avant
Photo : D.Heyman
Ford Mustang Mach-E 2021, édition California Route 1, avant

Faire démarrer un Mach-E est tout un événement, un événement qui commence avant même d’embarquer. Ce véhicule est assorti d’une application qui transforme votre cellulaire en télécommande. Fini les clés dans vos poches. Vous quittez donc la maison cellulaire à la main (ou dans vos poches). Puis, vous appuyez sur un petit bouton tactile, sur la porte, qui déclenche son ouverture. À l’aide d’une minuscule poignée de forme étrangement recourbée, vous l’ouvrez pour monter à bord et mettre le véhicule en mouvement. L’application vous permet, en outre, de programmer à votre guise certains systèmes comme la préclimatisation et un tas d’autres choses.
Alors que les Mustang traditionnelles se distinguaient par un démarrage et un ralenti bruyant, ce Mustang nouveau genre met plutôt en valeur la douceur de son fonctionnement.

Vous enclenchez la marche avant à l’aide d’une molette qui ressemble beaucoup à celles d’autres produits Ford (il me semble qu’on aurait pu faire un peu mieux dans le cas de ce véhicule...), puis le Mach-E se met en mouvement avec un doux bourdonnement issu d’une motorisation alimentée d’électrons, sans plus.  

Puisque son entraînement est en prise directe, une légère pression sur l’accélérateur suffit à énergiser instantanément les quatre roues d’une manière qui suffit à rappeler la Mustang d’antan. Car il est évident qu’on a à faire à un petit multisegment résolument rapide.

Ford Mustang Mach-E 2021, trois quarts arrière
Photo : D.Heyman
Ford Mustang Mach-E 2021, trois quarts arrière

D’ailleurs, en le conduisant, on ne peut s’empêcher de chercher comment son comportement routier se différencie de celui de la Mustang traditionnelle. D’abord, son roulement est incroyablement doux, presque princier, puisqu’il réussit admirablement à masquer les cahots des routes empruntées au quotidien. De plus, il n’y a aucun bruit de moteur — ce qui semble contradictoire dans un véhicule portant ce nom. Mais c’est mieux ainsi. Ça vous pousse à vous concentrer sur autre chose.

Dans mon cas, c’était comment tirer davantage de kilomètres de la batterie. Pour y arriver, j’ai adopté une nouvelle manière de conduire en déplaçant un curseur tactile sur l’écran central, comme on en voit sur l’écran d’un iPhone. Identifié par l’inscription « 1-Pedal Drive », il permet de conduire en n’appuyant presque jamais sur la pédale de frein ! Lorsqu’on réduit la pression sur l’accélérateur, le moteur électrique passe en mode regénératif et ralentit le véhicule. C’est aussi simple que cela. Je ne recommanderais pas l’utilisation de ce système sur l’autoroute, la force de freinage pouvant être intense. Par contre, en ville, c’est parfait. En l’utilisant, j’ai même réalisé un trajet de 70 km en utilisant une charge équivalente à 30 km, selon l’ordinateur de bord. J’aime !

Puisque l’essentiel des composants de la motorisation se trouve plutôt bas dans le châssis, le centre de gravité l’est également. Voilà qui explique l’absence de roulis dans les courbes et l’avant qui ne s’écrase pas au freinage. On bénéficie d’un roulement très confortable, ce qui n’est naturellement pas l’apanage d’un certain coupé sport nommé Mustang...

Ford Mustang Mach-E 2021, écusson
Photo : D.Heyman
Ford Mustang Mach-E 2021, écusson

Alors, pourquoi avoir nommé cet utilitaire Mustang ? Après avoir conduit le Mach-E, la réponse devient plus évidente. Pour plusieurs personnes, l’expression VÉ évoque un produit Tesla. Tesla, c’est un VÉ et un VÉ, c’est Tesla. En nommant son multisegment électrique « Bidule EV » ou « Machin E », Ford n’aurait certainement pas eu autant d’impact qu’en choisissant... Mustang. C’est clair.

Cette appellation a une notoriété considérable. En l’adoptant pour ce véhicule, le constructeur de Dearborn a naturellement contrarié des passionnés et des puristes de la première heure, mais cela n’a pas freiné les acheteurs qui se sont rués en grand nombre au Canada, aux États-Unis et dans des pays aussi éloignés que la Norvège. Alors, j’imagine que certains amateurs purs et durs ont admis la chose et se sont assagis (après tout, ils peuvent toujours s’offrir une foule de versions du coupé sport). Je serais prêt à parier, aussi, qu’il y a des tas consommateurs qui sont prêts à acheter n’importe quel véhicule appelé Mustang, pourvu qu’il soit pratique !

OK. Il n’a peut-être pas l’autonomie d’un Tesla. Mais s’il s’agit d’un détail si important, allez en chercher un, cher ami ! Par contre, si vous cherchez quelque chose de moins commun qu’un Tesla, quelque chose qu’on remarque et qui fait miroiter un nom légendaire, alors jetez un coup d’oeil au Mach-E.

Ford Mustang Mach-E 2021, édition California Route 1, arrière
Ford Mustang Mach-E 2021, édition California Route 1, arrière

On aime

Intérieur dégagé
Simplicité de l’arrimage d’un cellulaire
La notoriété du nom Mustang
    
On aime moins

L’autonomie pourrait être supérieure
Peu d’espace pour les jambes derrière
    
La concurrence principale

Audi e-tron
Chevrolet Bolt EUV
Jaguar I-Pace
Kia Niro EV
Nissan LEAF +
Porsche Taycan 4S
Tesla Model Y
Volkswagen ID.4
Volvo XC40 Recharge

Ford Mustang Mach-E 2021, feu
Photo : D.Heyman
Ford Mustang Mach-E 2021, feu

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Ford Mustang 2021
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :D.Heyman
Photos du Ford Mustang Mach-E 2021