Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Honda Ridgeline EX-L 2011 : essai routier

Honda Ridgeline EX-L 2011 : essai routier

Une camionnette pas comme les autres Par ,

La Ridgeline est le cheval de trait de la vaste gamme de véhicules Honda. Il s’agit d’une camionnette novatrice qui approche la polyvalence de façon moins rustre sans toutefois sacrifier son spacieux habitacle, ses quatre portières ni son système quatre-quatre. Cette machine nous revient inchangée pour 2011, ayant déjà subi une cure de rajeunissement en 2009.

Ridgeline : la camionnette nouveau genre
Voici une camionnette à cabine double et à 4RM pour ceux qui ne veulent pas conduire… une camionnette à cabine double et à 4RM! Cet énoncé défie peut-être la logique, mais il illustre l’attrait que la Ridgeline exerce sur l’acheteur de camionnette pas tout à fait « type ».

La Ridgeline nous revient inchangée pour 2011, ayant déjà subi une cure de rajeunissement en 2009. (Photo: Rob Rothwell/Auto123.com)

En effet, le consommateur cherchant à combler des besoins traditionnels pour ce genre de modèle, tel que le remorquage et le transport de lourdes charges, s’imagine probablement au volant d’un produit Ford, RAM ou Chevrolet/GM, et c’est très bien ainsi. Il ne devrait pas, toutefois, oublier l’incursion de Honda dans cette catégorie chaudement disputée, car les compétences de la Ridgeline pourraient bien le surprendre.

L’acheteur de camionnette non conformiste, plus informé, ne sera pas aussi surpris des dites compétences, et considérera la Ridgeline plutôt comme alternative polyvalente aux VUS et utilitaires compacts de ce monde. La présence d’une caisse au lieu d’un espace de chargement interne offre des possibilités de transport illimitées, qu’il s’agisse d’un voyage de terre, de matériaux de constructions ou d’électroménagers.

La semaine, la Ridgeline se fera un plaisir de trimballer les enfants ou d’arrêter à l’épicerie. Or, contrairement à son cousin VUS, le Honda Pilot, elle n’accueille que cinq personnes… et c’est là où le bât blesse. Si une troisième rangée de sièges vous est indispensable, le Pilot l’est donc autant.

Un V6 très correct
En supposant que l’acheteur non conformiste ne requiert pas la capacité de remorquage d’une locomotive ni la charge utile d’une barge, le V6 de 3,5 litres à SACT et 24 soupapes habilite fameusement le conducteur. En ville, j’ai enregistré une consommation dans les 15 litres aux 100 kilomètres.

La présence d’une caisse au lieu d’un espace de chargement interne offre des possibilités de transport illimitées. (Photo: Rob Rothwell/Auto123.com)