Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Hyundai Accent GLS 5 Portes 2012 : essai routier

Hyundai Accent GLS 5 Portes 2012 : essai routier

Quand « Sous-compacte » ne rime plus avec « compromis » Par ,

J’ai toujours eu un penchant pour les voitures usagées à hayon. Voilà pourquoi il y en a dans mon entrée depuis vingt ans.

La cinq-portes que j’utilise tous les jours doit répondre à quelques critères de base : elle doit être avare d’essence, je dois trouver des pièces de rechange facilement et, d’abord et avant tout, elle doit faire preuve d’une fiabilité irréprochable, démarrant rapidement même à -40 ou lorsque je dois l’abandonner dans un misérable stationnement industriel durant plusieurs jours pour vaquer à mes occupations professionnelles.

De temps à autre je fais l’essai d’un véhicule qui me laisse penser que je viens peut-être de trouver ma prochaine voiture de tous les jours. Comme la Hyundai Accent 2012, tiens.

L’Accent précédente à 9 995 $ détenait le titre douteux de la voiture la moins chère au Canada. La nouvelle GLS que j’ai essayée affiche un prix plus noble de 17 199 $, et cette quatrième génération de l’Accent s’avère un véhicule infiniment supérieur en matière de finition et de raffinements. Visuellement, elle n’a absolument rien à envier aux Ford Fiesta, Mazda2 et Honda Fit de ce monde, et elle mène le peloton au chapitre de la puissance.

Dernière Hyundai à recevoir le traitement de « sculpture fluidique », cette nouvelle Accent a vraiment de la gueule. Loin de respirer le « bon marché », l’Accent fait toute une impression avec sa silhouette nettement définie, son chic nez flanqué de phares fuyants et sa ligne de toit inclinée culminant en un aileron coquet.

À l’intérieur, l’habitacle nous prouve le génie d’esprits créatifs qui travaillent avec de modestes matériaux. Bien sûr il y a l’incontournable plastique dur, mais modelé et texturé de telle façon qu’on croirait du haut de gamme. La majestueuse console centrale présente de solides commandes, qui bien que simples, relèvent presque d’une voiture de luxe.

Ma GLS Bleu marathon recelait un nombre étonnant d’options standard, de la radio satellite aux sièges chauffants en passant par le toit ouvrant électrique. Malheureusement, la navigation n’y figure pas. Le gros volant gainé de cuir n’est pas télescopique, mais il comprend des commandes pour le régulateur de vitesse, l’interface Bluetooth et la radio.

L’Accent GLS a hérité de deux portières supplémentaires par rapport à ses ancêtres, simplifiant l’accès à la banquette arrière, et son empattement a gagné 7,1 cm, assurant beaucoup de dégagement à l’arrière. À mon grand bonheur, les sièges arrière s’escamotent et font ainsi passer le volume utile de 600 à 1345 litres. Bien que ce chiffre ne fasse pas le poids contre les 1622 impressionnants litres de la Honda Fit, il s’avère tout de même parfait pour ma vieille selle ou mon vélo de montagne.

Les sièges en tissu ordinaire sont fermes, bien rembourrés et offrent un bon soutien lors de longs trajets.

Sous le capot somnole un quatre-cylindres sophistiqué de 1,6 litre, doté de l’injection directe et la distribution à commande variable. Grâce à ses 138 chevaux et 123 pi-lb de couple, l’Accent se situe presque au sommet du segment en matière de puissance. En effet, outre la nouvelle Chevrolet Sonic, aucune de ses rivales ne lui arrive à la cheville.

Les chemins de campagne fabuleusement sinueux qui mènent à mon écurie favorite ont révélé une Accent beaucoup moins joyeuse que la Mazda2. Axée sur la frugalité plutôt que la frivolité, l’Accent préfère se cantonner dans les bas régimes économiques. Traduction : il faut changer de vitesse souvent pour dégoter les réserves de puissance de l’Accent, surtout quand on veut dépasser quelqu’un.

La boîte de vitesses ferait très bien l’affaire pour un débutant, car elle ne demande aucune précision et tombe facilement sur le bon rapport. J’ai enregistré une consommation moyenne de 7,0 L/100 km au cours d’une semaine en ville et sur la route, toutefois un conducteur plus patient pourrait probablement faire mieux.

J’ai plutôt aimé la suspension ferme, mais je soupçonne que certains la trouveront trop brusque à leur goût sur les surfaces raboteuses. Je préfère cette fermeté au flottement mollasse d’une suspension moins rigide. L’Accent semble solide et bien plantée en virage, et la direction quelque peu lourde nécessite peu de corrections.
 
Une autre surprise : les freins à disques aux quatre roues livrés de série sur toute la gamme. Les disques ventilés de 10,1 pouces à l’avant et les disques pleins de 10,3 pouces à l’arrière assurent un bon freinage.

Alors qu’elles sentaient le compromis à plein nez à l’époque, aujourd’hui des voitures comme la Hyundai Accent 2012 offrent aux acheteurs un choix abordable. Ils auront envie de conduire ces voitures!

Peut-être pas aussi fringante que la Mazda2, l’Accent propose néanmoins un éventail de commodités ainsi qu’un puissant moteur, le tout dans un ensemble bien ficelé.
 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Hyundai Accent 2012
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler

Sommaire de l'évaluation

    Hyundai Accent GLS 2012
    Hyundai Accent GLS 2012
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler
    Gallerie de l'article