Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Jeep Compass Limited 4RM 2009 : essai routier

Jeep Compass Limited 4RM 2009 : essai routier

L'air sans la chanson Par ,

Le Compass est comme le petit frère qui regarde son grand frère avec envie et qui aimerait bien être comme lui. Par contre, prendre des airs sans apprendre la chanson laisse un certain vide. Habituellement, ce n'est pas vilain, mais il manque un gros quelque chose au Compass; il a toutes les apparences d'un Jeep sauf les capacités qui font qu'un Jeep est un Jeep.

Le Jeep Compass Limited 4RM se détaille à 26 795 $ avec la boîte automatique.

De l'extérieur, il est certain que de nombreuses similitudes associent le Compass au Wrangler. Évidemment, la calandre à sept ouvertures trône au centre de deux protubérances sous les phares. Les ailes sont galbées et laissent prétendre à de courageuses capacités hors route. Les poignées de portière arrière essaient de se faire discrètes dans les montants. Cependant, il faut admettre que l'allure de Jeep urbain est très présente et offre une alternative abordable à qui désire un Jeep, mais qui a compris que les aventures dans les bois seront plus virtuelles que réelles.

En 2009, Jeep a jugé bon de redessiner l'intérieur du Compass. Cette fois, c'est plus réussi en termes de style, mais la qualité des matériaux est déficiente par comparaison avec un Hyundai Tucson. C'est plus chaleureux, et l'ajout d'appliques de chrome sur le pommeau du levier de vitesses et les buses d'aération égaie l'habitacle; tout le reste est en plastique dur noir. Au moins, c'est solide. Le Compass a un potentiel mal exploité de l'intérieur.

Pour ce qui est des autres caractéristiques intérieures, ça fait le travail sans plus. L'accès et l'espace ne sont pas adéquats, les sièges manquent de maintien de toutes parts, et l'étroitesse des portières arrière ne facilite pas l'entrée et la sortie du véhicule. Dans la version Limited, on a droit à certaines gâteries comme la sellerie de cuir et des sièges chauffants, ce qui est bienvenue. L'habitacle est logeable et peut facilement être agrandi avec la banquette divisible 60/40.

La visibilité est bonne, mais l'implication du tableau de bord est louche; il ne s'agit pas d'un intérieur fait pour un Jeep. On s'attend à quelque chose de masculin dans la présentation. De plus, le volant n'est réglable qu'en hauteur; on trouve donc moins rapidement une position confortable. L'insonorisation fait également défaut puisque les bruits émanant du moteur sont très présents dans l'habitacle, et ce, même s'il s'agit de l'une des modifications apportées en 2009.

En 2009, l'intérieur du Compass est plus chaleureux, et l'ajout d'appliques de chrome égaie l'habitacle.