Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Jeep Wrangler Unlimited Sahara 2009 : essai routier

Jeep Wrangler Unlimited Sahara 2009 : essai routier

Figé dans le temps Par ,

Il faut admettre, de prime abord, que mon utilisation du Wrangler s'est faite dans un contexte qui ne peut pas favoriser le véhicule. Fabriqué pour les sentiers et les chemins non pavés, le Wrangler y excelle. Cependant, mes conditions d'essai ne m'ont pas permis d'aller hors route. Ainsi, mon analyse se base sur une utilisation quotidienne du véhicule en milieu urbain et semi-urbain.

Avant de se procurer un Jeep Wrangler, il faut avoir besoin d'aller hors route.

Posséder ou conduire un Jeep, c'est en quelque sorte un fantasme; on en rêve jusqu'au jour où l'on se rend compte que ce véhicule est plus souvent décevant qu'autre chose. Avant de se procurer un Jeep Wrangler, il faut avoir besoin d'aller hors route; et pas qu'une ou deux fins de semaine par année, à toutes les fins de semaine ou à tous les jours.

La beauté du Jeep est intemporelle; peu importe son âge, il est toujours dans le coup, et c'est tant mieux. De plus, sa valeur de revente demeure très bonne même après plusieurs années. On n'a qu'à mettre côte à côte la première génération de Willys et le dernier Wrangler pour se rendre compte qu'on est en terrain connu depuis plus d'un demi-siècle.

Malgré un empattement allongé, l'espace est compté, et le design est attardé. D'autres problèmes sont inhérents à la conception : comme le pare-brise est presque vertical et plat, tout ce qui se trouve devant nous se retrouve sur les vitres latérales, et ce, sans essuie-glaces. La chaufferette met un siècle pour réchauffer l'habitable.

L'accès à bord n'est pas facile; la garde au sol étant très haute, on se frappe le genou, et les risques de se salir sont permanents. Les personnes qui espéraient enfin trouver le bonheur sur la banquette arrière en raison de la présence de portes seront déçues; en effet, ces portes sont très étroites et ont le même problème qu'à l'avant. Heureusement, l'insonorisation, si l'on peut parler d'insonorisation évidement, est de meilleure qualité que celle des anciennes versions.

Mécanique à tout casser
S'il est une chose qu'on ne peut pas reprocher au Wrangler, c'est bien sa rigidité. Il est conçu pour passer partout dans n'importe quelle situation. En outre, la rigidité du châssis est sans faille; heureusement car le reste est discutable.

Le V6 de 3,8 litres développe une puissance limitée de 202 chevaux qui peine un peu à déplacer le Wrangler. Avec un coefficient de traînée qui s'apparente à celui d'un immeuble de 10 étages, la consommation est élevée : 13,6 litres aux 100 kilomètres en conduite très modérée, ce qui n'est pas super. Il y a bien la transmission intégrale et les pneus hors norme qui expliquent la consommation, mais il n'en demeure pas moins que, au quotidien, ça fait passablement monter le versement mensuel.

Le V6 de 3,8 litres développe une puissance limitée de 202 chevaux qui peine un peu à déplacer le Wrangler.